Comentaire compose du bellay

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1070 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE COMPOSÉ
ANALYSE D’UN POÉME
REGRETS, DU BELLAY
Du Bellay évoque les thèmes de la lassitude, du regret, du présent et du passé et de la réjouissance de la fortune dans son poème requit d’un ouvrage appelé Regrets. Toutes ces idées sont structurées autour d’un échafaudage précis ; deux quatrains qui débutent le poème dans le passé et deux tercets qui concluent avec le présent.Cette structure donne forme au sonnet lyrique qui défilera dans un rythme lent. Le langage, le style, la structure, l’effet donné créent le paradoxe de l’auteur ; le poème pourtant si bien écrit met en évidence une faiblesse dans l’inspiration du narrateur.
Le poème est divisé en deux parties : deux quatrains et deux tercets. Ces deux parties se diffèrent car elles se confondent dans le temps.Dans le poème, le narrateur se plaint d’avoir perdu l’inspiration qu’il avait jadis. Les deux quatrains parle de ce passé sous forme interrogatif. Le premier quatrain dégage la négativité et la lassitude en débutant avec le mot « Las ! ». Le lecteur est aussi mit face au mot « Fortune » que l’auteur met astucieusement avec une majuscule, donnant l’effet d’avoir à faire à une personne ou du moins àune présence importante au lecteur. Pareille à plusieurs autres reprises, Du Bellay créer un écho du mot « Fortune » du premier vers dans le neuvième vers. Ceci est un des indices qui indique la relation entre le deuxième quatrain et le premier tercet. Le mot clé qui forme la transition entre les deux parties ce trouve au neuvième vers et débute le premier tercet avec « Maintenant ». Ce«Maintenant » confirme la distinction absolue entre le présent et le passé. Même si le poème est écrit à l’imparfait, les deux temps sont présents et séparés distinctivement. La première partie sert d’introduction au problème du narrateur, ce qui montre sa lassitude et qui rappelle les années perdus de celui-ci. Utilisant ce «Maintenant », Du Bellay arrive à ressortir le lecteur d’une « transe » où celui-cise perd dans le passé où se trouve une inspiration abondante. Ce poème est très structuré ; les deux temps sont fortement mis en correspondances grâce aux échos entre la première partie et la deuxième et au «Maintenant » qui est la clé de la deuxième partie.
Le thème principal de ce poème est le regret. Du Bellay fait ressentir ce regret à travers tout le poème à l’aide d’une altération dans lepersonnage. Il y a une impression de désarroi dans tout le poème; l’inspiration manque au narrateur. « Las ! » débute le premier quatrain, ce qui place le lecteur dans un environnement de mélancolie, de regret, de perte, presque exagéré de la part de l’auteur. Dans le premier et deuxième quatrain, on y retrouve un écho entre le deuxième vers et le cinquième qui demande « Où » sont « le cœurvainqueur de toute adversité » et « les doux plaisirs qu’au soir, sous la nuit brune, les Muses » lui donnait. Cet écho réclame ce qui a été perdus dans le vide, le lecteur ressent une pitié pour le narrateur. Le narrateur ne peut se détacher du passé mais y persiste à l’introduction du premier tercet. La « Fortune »fait écho depuis le premier vers pour se retrouver dans le neuvième vers. Le lecteur ytrouve une certaine ironie car en cherchant la Fortune, le narrateur se fait prendre dans son propre piège et « Maintenant, la Fortune est maîtresse de »lui.Le regret refait surface dans le onzième vers quand l’auteur utilise une allitération en « m » et « n » : « serf de mille maux et regrets qui m’ennuient ». Ces sonorités évoquent une lassitude dans un rythme lent, comme si le narrateurn’articulait plus. Le narrateur a perdu toute confiance en sa propre inspiration et regrette les jours passé où cette inspiration le faisait danser. Il est bien dur de retrouver confiance avec un moral aussi bas.
Le style du poèmeest choisi avec précision. L’auteur évoque ses sentiments à travers de nombreux procédés stylistiques, ponctuations, et choix de mots. Le poème débute avec « Las ! », ce...
tracking img