Comentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2687 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
C'est en suivant l'enseignement de Husserl (1859-1939) que Merleau-Ponty (1908-1961) entreprend de décrire l'univers de la perception. C'est alors qu'il rédige son grand ouvrage, la phénoménologie de la perception, en 1945.

Lorsque que Merleau-Ponty cherche à savoir si l'utilisation que l'homme a de son corps ne dépasserait pas ce corps comme être simplement biologique, il découvre quel'association de la nature et de l'invention, autrement dit de la culture, est indispensable pour définir l'homme et ses comportements.

Nous prendrons connaissance du passage où il expose les raisons qui le conduisaient à dire que l'homme se définit conjointement à partir de la nature et de la culture, de façon à cerner au mieux le problème qu'il traite ainsi.



La réflexion de Merleau-Pontyporte donc sur l'utilisation que l'homme fait de son corps. Chez Merleau-Ponty, la réflexion sur le corps est au coeur du questionnement philosophique. Pour Merleau-Ponty, l’homme n’est pas une " substance pensante ", ainsi que le définissait Descartes. Il est un mixte, une conscience impliquée dans le monde, un " je perçois " et non pas un " je pense " désincarné.

Merleau-Ponty se demande si lafaçon dont l'homme utilise son corps n'irait pas au-delà des fonctions de ce corps au point de l'arracher à une existence qui serait purement biologique.

Il pense que l'homme fait un usage de son corps " qui dépasse ce corps comme être simplement biologique ". Dans l'usage que l'homme fait de son corps, il y aurait toujours une part d'invention, de fabrication, de telle sorte qu'on ne sauraitséparer en lui ce qui est naturel de ce qui est fabriqué et réciproquement.

Merleau-Ponty commence par énoncer sa conception de la transcendance de l'homme à l'égard de son être purement biologique (lignes 1 à 2). Ensuite il illustre sa conception (lignes 3 à 8) en montrant que les sentiments et les conduites passionnelles ne sont pas naturels, qu'ils sont grandement conventionnels. De cesconstats, il déduit que s'il est impossible d'affirmer que tout est fabriqué et que tout est naturel chez l'être humain, on ne peut pas en conséquence séparer en lui ce qui est naturel de ce qui est culturel. Ce sont les deux, ensemble, qui sont constitutifs en l'homme de ce qu'il est (lignes 8 à 17).



Merleau-Ponty, qui a pour but de montrer que l'homme a une utilisation de son corps qui ne seréduit pas à un usage simplement biologique, commence par énoncer son idée : " l'usage qu'un homme fera de son corps, dit-il, est transcendant à l'égard de ce corps comme être simplement biologique ". Que faut-il entendre par là ? Merleau-Ponty veut dire que l'homme, en prenant ses distances à l'égard de ce qui, en lui, est inné, donne naissance à quelque chose de nouveau, que ne sauraient expliquerles lois naturelles, celles que mettent en évidence des sciences de la vie. Par où l'on voit que Merleau-Ponty affirme d'entrée de jeu que rien chez l'homme n'existe à l'état purement naturel, sous une forme qui ne porterait pas sa marque propre, celle d'une transformation du donné initial. Le corps, comme réalité strictement biologique, ne saurait à lui seul expliquer l'usage que l'homme fait delui. Par contre la transformation de la nature par la culture permettrait de le faire.

Après avoir énoncé la thèse que nous venons de commenter, Merleau-Ponty va donner quelques exemples pour l'illustrer. " Il n'est pas plus naturel ou pas moins conventionnel de crier dans la colère ou d’embrasser dans l'amour que d'appeler table une table ", affirme-t-il. Il démontre déjà par cette comparaisonque les attitudes humaines que l'on serait tenté de considérer comme spontanées et donc naturelles, ne sont pas plus naturelles que les produits de l'invention humaine que sont manifestement les mots. Appeler table une table n'a rien de naturel. Entre la table et le mot qui la désigne n'existe visiblement aucun lien de parenté : elle sera d'ailleurs désignée par d'autres mots dans d'autres...
tracking img