Comment devient-on citoyen ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1146 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
La citoyenneté – Comment devient-on citoyen ?

L’historien Grec Thucydide disait qu’ « Un homme ne se mêlant pas de politique ne mérite de passer, non pour un citoyen paisible mais pour un citoyen inutile ». La notion de citoyenneté apparaît donc comme archaïque, est liée au domaine du politique.
Walzer a définit le citoyen comme le membre d’une communauté politique, doté des prérogatives etchargé des responsabilités qui sont attachées à cette appartenance. La citoyenneté c’est donc la jouissance individuelle d’un certain nombre de droits. Le citoyen est alors considéré comme un acteur de la vie politique.
Cependant, tout les hommes n’ont pas tous jouit du statut de citoyen depuis Thucydide. La question qui se pose alors est comment devient- on citoyen ? Comment les hommes ont–ils acquit et apprit ce statut pour ensuite en faire un usage politique ?
Tout d’abord, la notion de citoyenneté mérite d’être appréhendée, notamment au travers de l’apprentissage de la citoyenneté et du modèle français contemporain. Ensuite, l’Histoire montre que le rapport du citoyen à la politique apparaît comme essentiel avec l’imposition du dispositif électoral ou encore et plus récemment «la crise de la représentation politique ».

I) La notion de citoyenneté

Comme mentionné précédemment, la citoyenneté c’est donc la jouissance individuelle d’un certain nombre de droits, au seins d’un Etat, qui permet au citoyen de participer à la vie politique.
Cependant la citoyenneté tel que nous la connaissons est le résultat d’un processus d’apprentissage, qui concoure désormais àforger le modèle français, basé sur l’individualisme et l’universalisme.

A) L’apprentissage de la citoyenneté

Deux temps : définir la citoyenneté …

• « Jouissance de droit civiques attaché à la nationalité : droit de vote, éligibilité, exercices des libertés publiques qui donnent un sens à la participation politique. Concept lié à la démocratie » Analyse de G. Heimet in Dictionnaire de lascience politique.

• Pour Schnapper, la citoyenneté permet aux individus d’êtres égaux au point de vu civil juridique et politique. In sciences humaines.

…Puis évoquer son apprentissage, son « accaparation » par le plus grands nombre au fil du temps.

• Le suffrage universel, qui caractérise la participation politique d’un individu donc caractéristique du statut de citoyen, n’a été acquisen France qu’avec l’ordonnance du 21 avril 1944 qui accorde le droit de vote aux femmes. C’est le fruit d’une certaine lutte.

• De la Révolution de 1789 à la deuxième république 1848 : régime censitaire strict : Les députés de l’assemblée nationale vont êtres élus par un corps restreint de 50000 grands électeurs qui eux-mêmes vont être désignés par le corps élargie de 4 millions d’électeur. Cesont les citoyens que l’on appelle les citoyens actifs. Ils ont droit de vote, ils remplissent les conditions du régime censitaire. (Il faut être un homme, il faut avoir plus de 25 ans et il faut payer un impôt équivalent à trois journées de travail). Les grands électeurs payent eux un impôt équivalent à 10 journées de travail.

• 1848 – 1944 : Le 5 mars 1848 est proclamé le suffrage universelmasculin => explosion du corps électoral on passe de 250 000 électeurs à un corps électoral de 9 millions.

• 1944 à nos jours : Par une ordonnance, les femmes obtiennent le droit de vote. Le suffrage universel est donc (enfin car tardif en France) pleinement instauré.

Enfin l’école républicaine sous la IIIème république, a jouée un rôle important en apportant une part de civisme auxenfants.

B) Le modèle français : individualisme et universalisme

Pour le modèle français, J.Y Dormagen et D. Mouchard in introduction à la sociologie politique, dégagent deux caractéristiques. Les types idéaux de la citoyenneté française seraient :

• L’individualisme : les groupes, communautés ne se voient accordés aucun droit politique particulier. Prépondérance des droits individuels....