Comment faire une disseration de philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (286 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Trois parties se dégagent donc naturellement de ce type de plan :

 La première examine les arguments du sensus communis, en établissant qu’ils apportent unesolution, claire et compréhensible, au problème posé.

 La deuxième partie, est de nature « dialectique » au sens hégélien du mot, dont le but est de formuler des objectionsà l’encontre de l’argumentation largement acceptée par le sens commun.

 Enfin, dans la dernière partie, l’effort pour penser par soi-même, qui se manifeste avant toutpar la volonté de dépasser l’opposition stérile entre deux positions ou deux attitudes, pour en proposer une troisième, quitte à se réconcilier avec certaines idéescritiquées auparavant, ou inversement à justifier une partie des critiques énoncées.
Ce plan, en apparence proche du caricatural thèse/antithèse/synthèse, présentel’avantage de ne pas s’en tenir à deux parties, opposées l’une à l’autre, où l’on a toujours envie de demander : « Et après, que se passe-t-il ? Peut-on en rester là ? ».
Danstous les cas, que l’on refuse le plan ternaire ou bien qu’on l’adopte, que l’on opte pour une bipartition de la réflexion ou non, on doit garder à l’esprit que le planéclaire la position du problème au sens où il indique une voie pour la pensée, une solution envisagée, face aux difficultés soulevées par le problème.
L’essentiel estdonc la lisibilité de la réflexion personnelle, sa logique, sa cohérence, la conscience qu’elle manifeste des objections possibles à son égard, l’ouverture dont elletémoigne à des questionnements différents, son humilité, enfin, face à l’infinie complexité d’un problème, laquelle défie en un sens la démarche solitaire d’un individu.
tracking img