Comment le personnage de cyrano rend il ici sa laideur à la fois sublime et drôle a la fois ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1660 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE COMPOSE
Cyrano De Bergerac

Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand, né et mort à Marseille, est un important poète et dramaturge français, de la fin du XIXe et début du XXe siècle. Il étudia à Paris la littérature, l’histoire, et la philosophie, malgré le désaccord de son père qui voulait faire de lui un avocat. Il fut élu en 1901 à l'Académie française. Son œuvreprincipale, Cyrano de Bergerac, connu la gloire dès sa première présentation, le 27 décembre 1897 à Paris. Elle est sa pièce la plus célèbre, rédigée en 1897. Quelques minutes avant la pièce, celui-ci s'excuse auprès de sa troupe pour l'avoir entrainée dans « cette désastreuse aventure ». Pourtant, les spectateurs, étonnés, auraient applaudi durant vingt minutes une fois le rideau baissé et, un ministrel'aurait rencontré dans les coulisses pour lui décerner la Légion d'Honneur.
Edmond Rostand s'est inspiré d'un personnage réel pour son protagoniste au brillant esprit. En effet, Savinien Cyrano de Bergerac était un écrivain, duéliste et satiriste français d'origine gasconne du XVIIe siècle. Cet antihéros est donc un pauvre et vaillant mousquetaire, muni d'un grand nez; et malgré sa laideur, il estsecrètement amoureux de sa cousine Roxane. Toutefois, celle-ci a été conquise par le charme et la beauté de Christian de Neuvillette, un jeune noble. Dans le premier acte, Cyrano énonce ainsi cette fameuse tirade, ce « morceau de bravoure », concernant son nez, suite à une réflexion du vicomte de Valvert qui cherchait à le ridiculiser en se moquant publiquement de son physique, dans l'hotel deBourgogne. Comment le personnage de Cyrano rend il ici sa laideur à la fois sublime et drôle a la fois ? Nous allons analyser ce passage en étudiant d'abord le portrait de Cyrano, puis en nous demandant en quoi cette scène relève t-elle du registre comique.

Nous découvrons lentement le personnage de Cyrano, durant le premier acte. Avant de devenir le protagoniste, il est d'abord présenté et décritpar ses amis comme « Philosophe, physicien, Rimeur, bretteur, musicien », puis « bizarre, excessif, extravagant, falot ». Cependant, il a beau être intelligent et doué dans une multitude de domaines, mais il ne brille pas par son esthétique : la Nature lui a infligé un nez disgracieux défini comme étant « très grand » par le vicomte, et comparé à tout de ce qu'il y a de plus grand au monde. Encitant cette brillante tirade, Cyrano nous parait être une homme d'esprit, intelligent et cultivé. Il utilise effectivement l'alexandrin, des rimes suivies, et de nombreuses figures de style telles que la personnification, la métaphore, l'hyperbole ou l'amplification. Son discours concerne seulement son nez, qui semble être le seul défaut physique de Cyrano. Tout en décrivant son appendice nasal,nous allons retrouver les caractéristiques de ce personnage, citées par ses amis. On pourrait d'ailleurs penser à un autoportrait exposé par ses mots et ses gestes.
Tout d'abord, Valvert s'attaque à Cyrano, en insultant son seul complexe physique. Malgré la puissance sociale du vicomte, Cyrano réplique à cette réflexions (« c'est tout ? »), puis lui coupe la parole (« mais...»). Par la suite, avecvivacité, il débute sa tirade par une accumulation d'exclamations. Il le surnomme ensuite « jeune homme », pour l'humilier et se montrer supérieur et emploie la litote pour atténuer sa remarque. La citation de Valvert n'est en réalité pas « un peu courte » mais très courte. Il reprend alors cette citation et lui donne des conseils sur ce qu'il aurait pu dire, si il avait un minimum de savoir, touten utilisant l'impératif (« tenez »), symbole de supériorité. Il prend plaisir à humilier et corriger en rimant et en exposant sa culture, ceux qui s'émerveillent devant ce nez phénoménal. On distingue une gradation ascendante lors de cette tirade : Cyrano devient de plus en plus agressif et méprisant. Il qualifie le vicomte de diverses adjectifs péjoratifs en l'insultant de « sot », de «...
tracking img