Comment les politiques font-ils jouer leur image pour augmenter leur côte de popularité afin de justifier leur politique ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2663 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Comment les politiques font-ils jouer leur image pour augmenter leur côte de popularité afin de justifier leur politique ?

I- «Peopolarisation » : Un phénomène qui s’amplifie

a) L’apparence physique

b) Le rôle de la famille

I- Les techniques utilisées pour accéder au marketing politique

a) Les « Spin doctor »

b) Les relations entrepouvoir et médias

III- Les dangers de notre démocratie

a) Est-ce normal qu’on réfléchisse à notre place ?

b) Ce qu’en pensent les citoyens

Introduction

L’apparence des politiciens influe-t-elle sur la mise en valeur ou la dégradation de leur image ?
Depuis très longtemps, les hommes politiques se servent de leur apparence physique ou de leur façon de s’exprimerpour communiquer, pour exemple les grands orateurs romains comme Cicéron.
Avec l’évolution des médias, ce mouvement venant de la culture anglo-saxonne tend à s’accentuer.
De nos jours, l’un des premiers à avoir dévoilé sa vie privée est le président Valery Giscard d’Estaing élu en 1974.
On décrit parfois de façon caricaturale le politicien comme un individu incapable de se coiffer ou de s’habillerlui-même, voire d’émettre des idées originales. Il lui faut continuellement autour de lui des gourous de l’image.

Ainsi nous nous demanderons de quelles façons ces hommes politiques font-ils jouer leur image pour augmenter leur côte de popularité afin de justifier leur politique.
Pour cela nous aborderons dans un premier temps l’amplification de ce phénomène de « peopolisation », ainsi queles différentes techniques utilisées pour accéder à ce marketing politique et pour finir les dangers, pour notre démocratie, liés à l’utilisation de ces techniques.

I- « Peopolisation » : Un phénomène qui s’amplifie

a) L’apparence physique

Pour réussir en politique, jadis il fallait des idées et une grande force de conviction, aujourd’hui les idées ne sont plus indispensables. Unpoliticien peut se passer d’arguments solides du moment qu’il a une “belle gueule”.
La télévision est passée par là, en effet, elle a ravagé le sérieux pour propulser l’apparence au premier rang des qualités indispensables pour l’homme politique. On dit alors que c’est le règne du « look » : à l’approche d’une émission, d’un discours devant la population, d’un débat ou autre, on hésitera sur lacouleur de la chemise, on changera de lunettes, on travaillera ses gestes plutôt que d’approfondir son discours, de se l’approprier, afin de ne pas lire pendant la prise de parole.

Prenons par exemple le cas de Mme Royal, ses adversaires au sein du parti socialiste n’ont pas fini de parler de ce fameux « show » du 27 Septembre 2008, au Zénith de Paris.
Effectivement Ségolène Royal vêtue d’unjeans et d’une tunique des rockers du groupe Truste et celle du chanteur Benjamin Biday, a fait un véritable « show » : sans pupitre, avec un prompteur et un micro-cravate, elle a réalisé 45 minutes de discours pour 3 heures de spectacle, elle conclura même son intervention en faisant scander crescendo le mot “fraternité” à l’assistance.
La présidente de la région Poitou-Charentes a voulu en quelquesorte innover une certaine façon d’exposer ses idées aux gens, elle assure avoir « franchi une étape » et compte bien continuer d’organiser ses grands meetings sur ce model là, un model qu’elle s’est inspiré du président Barack Obama, lors de ses fréquents déplacements aux Etats-Unis.
Mme Royal insiste donc sur la nécessité d’adopter « une certaine simplicité dans l’expression », et prévient qu’àl’avenir : « Ceux qui sont surpris par ma façon de faire devront s’habituer ».
Mais innover ne plait pas à tout le monde, comme nous le fait remarquer Jean-Claude Boulet, président de l’agence en communication Harrison & Wolf : «  Dès qu’apparaît quelque chose de différent, les critiques pleuvent. Voyez comment Nicolas Sarkozy s’est assagi. On ne le voit même plus faire son jogging ».

Un...
tracking img