Comment peut-on expliquer la multiplication des interventions diplomatiques de jean-paul ii dans le monde ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2219 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LA MULTIPLICATION DES INTERVENTIONS DIPLOMATIQUES DE JEAN-PAUL II DANS LE MONDE ?
L’ILLUSTRATION
DU DERNIER CONFLIT IRAKIEN

2003

« Je ne fais pas de politique. Je ne parle que de l’Évangile. Mais si parler de la justice, de la dignité humaine, des droits de l’homme, c’est faire de la politique, alors… » (S.S. Le Pape Jean-Paul II). Pourtant l’Église catholiqueest bien actrice dans la vie internationale, et la seule organisation confessionnelle dans ce cas : c’est bien là une activité politique. Dès qu’elle a perdu de son pouvoir temporel sur les États pontificaux, lors de l’invasion des troupes piémontaises en 1870 en vue d’unifier l’Italie, le pape a pour sa part gagné une plus grande liberté d’action et d’intervention dans les affaires du monde. Lepape actuel, JeanPaul II, montre d’ailleurs à ce sujet sa volonté persévérante de donner un nouvel élan à la chrétienté, d’encourager la voie nécessaire d’une « nouvelle évangélisation », de recentrer aussi une Église en voie de fragmentation autour du palais romain. Plus qu’une diplomatie de l’Église, il s’agit bien d’une diplomatie pontificale, qui tient notamment aux fonctions du pape lui-même.Outre ses qualités d’évêque de Rome (faisant de lui le premier magistrat de l’Église romaine), de chef suprême de toute la chrétienté, de souverain politique des États de l’Église, le pape est la seule autorité morale fondée à intervenir sur la scène internationale au nom de l’Église catholique. C’est sans doute cette dernière fonction qui a permis au Vatican d’entretenir aujourd’hui des relationsdiplomatiques avec cent soixante-seize pays dans le monde. Toutes les interventions du pape sur la scène internationale sont loin d’être justifiées par la simple volonté de défendre les intérêts de l’Église dans le monde. Pour preuve, le SaintSiège s’est fermement opposé au déclenchement du dernier conflit irakien, pas simplement pour défendre la communauté chrétienne, très minoritaire, vivant enIrak. Qu’est-ce qui peut alors pousser le pape et son Église à multiplier les interventions diplomatiques du Saint-Siège, au-delà de la protection des intérêts propres à l’Église ? Il est clair que cette prise de position en faveur du déroulement pacifique de la crise irakienne est l’illustration de la profonde ambition de s’acheminer de plus en plus vers une papauté universelle. La construction decette papauté universelle est passée d’abord par le désir de JeanPaul II d’accroître considérablement le rayonnement international du Saint-Siège (Partie 1) puis par la volonté du pape actuel de créer, selon ses propres termes, un « nouvel ordre moral et constitutionnel mondial » (Partie 2).

I.

L’ACCROISSEMENT CONSIDÉRABLE SIÈGE SOUS JEAN-PAUL II.

DU RAYONNEMENT INTERNATIONAL DUSAINT-

A. Un pontificat long, propice à l’image d’un pape missionnaire. 1. Un pontificat vieux d’un quart de siècle. Le précédent record était détenu par Léon XIII (1878-1903). Il entreprendra une vaste action diplomatique. Il s'opposera au Kulturkampf en Allemagne, défendra les droits du SaintSiège contre le gouvernement italien, engagera les catholiques français à adhérer à la III ème République,combattra le joséphisme, qui perdurait en Autriche, et tentera un rapprochement avec l'Église anglicane. Le 16 octobre 1978, à cinquante-huit ans, le Cardinal Karol Wojtyla est élu pape après le décès prématuré de Jean-Paul I er. Jusqu’à récemment certains observateurs spéculeront sur la fin proche du pontificat de Jean-Paul II, mais il se montre plus jovial, plus alerte, prêt à repartir envoyage. Le pape déploie depuis quelques mois une énergie qu’on ne lui connaissait plus depuis longtemps. 2. Des voyages nombreux pour un pape missionnaire. Dès son élection, conscient du rôle que la papauté est amenée à jouer dans le monde moderne, il multiplie les voyages apostoliques. Victime d'un attentat sur la place Saint-Pierre à Rome le 13 mai 1981, il n'a pas, pour autant, renoncé aux...
tracking img