Comment respecter le rythme des enfants du point de vue de l'alimentation ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1391 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Étayage théorique :
Définitions du Petit Robert 2007 des mots :
Repas : nourriture, ensemble d'aliments divers, de mets et de boissons pris en une fois à heures réglées. (Un repas doit durer minimum 20 minutes : temps que met le cerveau à envoyer l'hormone de satiété).
Manger : avaler pour se nourrir (un aliment solide ou consistant) après avoir mâché. Avaler des aliments au cours d'unrepas.
Selon mon cours sur l'alimentation (de Véronique Valentin) : manger = se nourrir + s'alimenter. Se nourrir c'est physiologique : on répond au besoin, c'est une question de survie. Se nourrir fait parti des besoins physiologiques d'une personne. Les horaires de repas constituent un facteur externe du rythme infradien (un des rythmes de l'horloge biologique). Alors que s'alimenter c'est social,culturel.

Définitions du Vocabulaire de psycho-pédagogie et de psychiatrie de l'enfant :
rythme : caractère qui appartient à une suite de phénomène extérieurs ou intérieurs quand leur succession, au fur et à mesure qu'elle se produit, est perçue ou vécue comme manifestant une certaine organisation intérieure qui vient caractériser la période de temps durant laquelle elle se déroule. Cetteorganisation doit : présenter une part plus ou moins grande de similitude et régularité et impliquer une part plus ou moins grande de contrastes.

Selon Abraham Maslow, manger et boire font parti des besoins physiologiques (tout comme respirer, éliminer, dormir, se laver, avoir un toit, avoir chaud, être changé et lavé) et sont directement liés à la survie. Ces besoins doivent recevoir un maximumde satisfaction ; tout déficit à cet égard devient alors une priorité.
Pour Maslow, les besoins humains sont hiérarchisés en cinq niveaux : au bas de la pyramide sont placés les besoins physiologiques (faim, soif, sommeil, etc.) ; lorsque ces besoins sont raisonnablement satisfaits, d’autres générations de besoins peuvent émerger : besoin de sécurité (stabilité dans son cadre d’existence ouson travail par exemple), besoins sociaux d’appartenance (affection, identification, solidarité, etc.), besoin d’estime (prestige social, amour-propre individuel...) et besoin de réalisation de soi (développer son potentiel de façon efficace et la plus complète possible). Ainsi, nous recherchons, selon Maslow à satisfaire chaque besoin d'un niveau donné avant de penser aux besoins situés au niveauimmédiatement supérieur de la pyramide .
Je pense en effet, que sans la satisfaction des besoins primaires, les besoins secondaires ne peuvent être satisfaits, et l'individu ne peut se sentir complètement bien et heureux. Mais je ne vois pas la satisfaction de ces besoins en pyramide, mais plutôt comme un tout, un ensemble : une spirale ou un cercle. En effet, parce que les besoins primaires(physiologiques et sécurité) sont respectés, l'enfant se sent bien et prend de l'assurance, et grâce à cette assurance, il obtient l'approbation des autres et se sent accepté, et donc il se développe de façon efficace et complète. Néanmoins, il arrive parfois qu'un niveau manque à l'enfant (ex : besoin d'estime) et cela n'entrave pas systématiquement son développement.
Dans mon cours sur les besoinsde l'enfant, la formatrice nous a renseigné sur les besoins physiologiques de l'enfant. En ce qui concerne la nourriture, voici ce qu'elle a dit : « un enfant a des besoins en nutriments (constituants des aliments). Un enfant ne peut se nourrir correctement s'il n'est pas en sécurité. Si l'enfant n'a pas envie de manger, c'est qu'il a peur, qu'il est en colère, contrarié, qu'il n'aime pas ou queca lui rappelle un mauvais souvenir. Faire rentrer des aliments de force dans le corps de l'enfant est une agression. On peut mourir de faim après 10 jours sans alimentation. Sans forcer, on peut encourager l'enfant à gouter. Si un enfant ne veut pas qu'on lui donne à manger, on peut le laisser faire seul. quoi qu'il en soit, un enfant ne se laissera jamais mourir de faim. De plus, boire est...
tracking img