Commentaire andromaque a3 sc8

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2610 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé : Racine : Andromaque : Acte III scène 8
Texte étudié :
ANDROMAQUE
Dois-je les oublier, s'il ne s'en souvient plus?
Dois-je oublier Hector privé de funérailles,
Et traîné sans honneur autour de nos murailles?
Dois-je oublier son père à mes pieds renversé,
Ensanglantant l'autel qu'il tenait embrassé?
Songe, songe, Céphise, à cette nuit cruelle
Qui fut pour tout unpeuple une nuit éternelle.
Figure-toi Pyrrhus, les yeux étincelants,
Entrant à la lueur de nos palais brûlants,
Sur tous mes frères morts se faisant un passage,
Et de sang tout couvert échauffant le carnage.
Songe aux cris des vainqueurs, songe aux cris des mourants,
Dans la flamme étouffés, sous le fer expirants.
Peins-toi dans ces horreurs Andromaque éperdue :
Voilà comme Pyrrhus vints'offrir à ma vue ;
Voilà par quels exploits il sut se couronner ;
Enfin voilà l'époux que tu me veux donner.
Non, je ne serai point complice de ses crimes ;
Qu'il nous prenne, s'il veut, pour dernières victimes.
Tous mes ressentiments lui seraient asservis.
CÉPHISE
Hé bien! allons donc voir expirer votre fils :
On n'attend plus que vous. Vous frémissez, Madame!
ANDROMAQUE
Ah ! de quelsouvenir viens-tu frapper mon ame !
Quoi, Céphise, j'irai voir expirer encor
Ce fils, ma seule joie, et l'image d'Hector ?
Ce fils que de sa flamme il me laissa pour gage ?
Racine : Andromaque : Acte III scène 8
Commentaire :
Introduction :
Andromaque est la troisième pièce écrite par Racine, après La Thébaïde et Alexandre le Grand, elle est considérée par la critique comme l'avènement del'écriture racinienne. Dans le sujet comme dans le travail du vers se mettent en place les fondements de sa dramaturgie, à savoir le motif amoureux et la passion déchirante, la violence des personnages et de son écriture versifiée. Les règles de la tragédie racinienne sont parfaitement mises en place dans ce passage central de la pièce. Si l'action semble mise en veille au profit de la réflexiondu personnage éponyme, on voit ici se nouer tout le drame. La suite de la pièce dépend de la résolution de ce dilemme. Le passage est donc d'une grande intensité dramatique. De même, on voit se mettre en place les principaux actants de la pièce, à savoir le passé qui continue d'agir sur le présent et qui détermine tous les événements, ainsi que les passions au centre de l'intrigue, à l'origined'une violence des personnages, cristallisée dans le vers.
Le dilemme : un passage central.
Le texte apparaît au centre de la tragédie, si l'action semble mise en repos car rien de palpable n'a lieu sur scène, il n'en reste pas moins que le dilemme qui occupe Andromaque détermine toute la progression dramatique.
1. Un noeud dramatique.
Si l'on regarde la structure de la pièce, le passage estcentral. En effet, il intervient à l'acte III, au moment où l'action est à son paroxysme et où l'on avance vers la résolution qui aura lieu sur les actes IV et V. En effet, la question posée est celle qui anime toute la pièce et qui relie toutes les intrigues. Andromaque doit-elle choisir de sauver son fils en épousant Pyrrhus, l'homme qui a mené la guerre de Troie et tué son mari, ou doit-ellesacrifier son fils pour garder intacte la mémoire de son mari et lui rester fidèle ? A question est suspendue toute la trame de la pièce. Il en résultera le sort de Pyrrhus, de Hermione, qui attend de savoir si elle épousera ou non Pyrrhus, et de Oreste qui pourra emmener Hermione ou non. Andromaque est à l'extrémité de la chaîne amoureuse, ce qui lui confère cette importance. Les destins sont doncimbriqués et suspendus à cette décision. Ceci se matérialise dans le texte par l'extrême désarroi du personnage. Le texte par une structure binaire reprend les deux versants du dilemme. Ainsi, dans la première tirade, Andromaque évoque l'impossibilité d'épouser un homme qu'elle hait et qui a tué son mari. Puis, relancée par Céphise, elle évoque l'impossibilité de voir son fils mourir.

2. Le...
tracking img