Commentaire butor

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1290 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le roman, La Modification, a été écrit par Michel Butor en 1957. Michel Butor est un romancier Français et en particulier comme l’auteur de La Modification. Il est un pionnier du Nouveau Roman, courant littéraire qui apparait dans les années 1950.
Il est connu du grand public comme romancier, et en particulier comme l’auteur de La Modification, roman caractéristique écrit presque entièrement àla deuxième personne du pluriel. Une véritable volonté d’expérimentation du roman pour représenter le monde est mise en place dans cette œuvre qui est d’ailleurs considéré comme le plus grand succès littéraire du Nouveau Roman.
Dans l’ensemble de son œuvre, Michel Butor repousse les conventions du roman traditionnel, notamment avec l’emploie la deuxième personne du pluriel. Le refus destraditions du roman est la caractéristique principale du courant du Nouveau Roman.
Dans cet extrait, et plus généralement dans l’ensemble de son roman, Michel Butor parvient à faire naître un lien, une proximité voire une cohabitation entre son lecteur et son personnage principal. Le lecteur s’identifie rapidement au personnage principal, à sa réflexion, à sa vie et à son dilemme. L’œil que porte lelecteur sur la situation est donc beaucoup plus subjectif puisque celui-se projette dans la situation du personnage.
Ainsi, on peut se demandait comment Michel Butor parvient-il à lié son personnage et son lecteur.
La proximité, voir l’intimité présente entre le lecteur et le personnage est basé sur le fond et sur la forme. Ces deux aspects sont particulièrement visibles dans ce passage.
Dansun premier temps, nous verrons la description de la vie et des pensées du personnage au court de l’extrait. Puis, nous étudierons les procédés permettant de renforcer ce lien.

Dans cet extrait, l’auteur nous présente un personnage dont la vie est tout à fait banal, ennuyeuse voir éprouvante. Il présente ce même personnage comme immergés dans des pensées, qui divaguent au fil des lignes. Cepersonnage tire un long bina de sa vie en analysant les différentes étapes qui la compose : son mariage, sa famille, son travail, « comme vous l’auriez imaginé, à partir du moment où vous les aviez sues si provisoires… »
La banalité de son quotidien, décrite par l’auteur dans ce passage, permet tout d’abord une identification «environnementale» de la part du lecteur. En effet, l’auteur en décrivantune vie marqué par un rythme éprouvant, rythmé par le stress, le travail « mobiliser tat d’énergie pour prendre enfin cette décision si grave », la famille « cette famille qu’il vous est devenu difficile à supporter » qui mène inévitablement à une fatigue permanente « il vous a fallu mobiliser tant d’énergie ». Ce rythme de vie est très commun dans la société actuelle, la plupart des lecteurss’identifie à la situation du personnage, du moins se sentent concernés car ceux-ci la vivent chaque jour.
Cette banalité permet de donner au personnage un caractère humain, une vie éprouvante avec ses moments de faiblesses et de doute. Cette vision d’homme simple et fragile est renforcée par l’état dans lequel celui-ci se trouve : il a bu quelques verres « vous ne pensiez pas que cettedemi-bouteille de bourbon… ». L’alcool accentue la faiblesse du personnage, il apparaît comme fragile, triste voir dépressif, ce qui est paradoxal pour un héro de roman. Pourtant cette faiblesse, prouve l’humanité de ce personnage. Ainsi, le lien entre le personnage et le lecteur est également du à l’apparition d’une forme de compassion envers le personnage. Il apparait au lecteur comme un homme faible enpleine remise en cause qui semble totalement perdu dans ses pensées.
Au fur et à mesure que le lecteur avance dans le passage, les pensées du personnage divaguent. Alors que celui-ci se trouvait en pleine réflexion : l’entrée dans le compartiment d’un Italien bouleverse les pensées du personnage. Le lecteur assiste alors un changement brusque, imprévu et sans transition, des pensées du...
tracking img