Commentaire candide chap 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (608 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE 3 : Candide soldat.

Candide : "le jugement assez droit avec l'esprit le plus simple". Après avoir été "chassé du paradis terrestre", il s'enrôle dans l'armée malgré lui, et doitparticiper à une guerre. But de Voltaire : condamner la guerre, en racontant une histoire. Efficacité du style voltairien : petites phrases, sans liaisons : style fluide, sautillant, allègre.

1ère scène:recrutement. Ces hommes en bleu sont des soldats recruteurs.

2ème scène : l'entraînement ; puis la désertion suivie d'un traitement barbare, et d'une grâce.

Enfin, la guerre entre les armées, etle martyre des civils. Cette guerre est la guerre de 7 ans ; les Bulgares sont les Prussiens (importance de la taille) ; les Abares sont les Français.

Après la sortie du Paradis, tousles malheurs accablent Candide : le froid, la faim, le manque d'abri, le désespoir. Nous devons tout deviner, les détails doivent s'expliquer par la suite. Le quiproquo s'installe : les recruteurs luiparlent avec une exquise courtoisie feinte (il faut le piéger). Concert de "Messieurs, Monsieur". Les questions sont insolites. Il faut amener Candide à signer, à boire à la santé du Roi des Bulgares,à recevoir sa 1ère solde. On lui dit qu'il deviendra "héros", etc. Héros devient synonyme de soldat, et de plus en plus ridicule. Acharnement de Voltaire.

2ème scène sans transition,passage de la courtoisie à la brutalité. On doit en faire un automate. On entend presque les commandements. Héroïsme = manœuvrer comme une marionnette et se faire battre. La désertion : Candide sepromène naturellement : il croit en la liberté du soldat. On lui donne le choix entre 2 supplice : critique de la philosophie du libre-arbitre ? Voltaire montre froidement, et même de façon cocasse, unescène horrible. Intervention du Roi des Bulgares. A Postdam, Voltaire avait assisté à la punition d'un soldat (Frédéric aimait ce spectacle). Il était intervenu. Ici, ironie. "Il avait un peu de peau"...
tracking img