Commentaire capitaine fracasse théophile gautier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3113 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mélinée Sainleger
L3 Lettres modernes
TD2

Littérature du 19ème siècle

Le Capitaine Fracasse, Théophile Gautier

Commentaire du chapitre 7 « Où le roman justifie son titre », à partir de la page 210 « A la ferme » jusqu’à la fin du chapitre.

Le 19ème siècle est marqué par le romantisme dans divers arts tels que la peinture, la musique mais surtout la littérature. Ce courant auxmultiples facettes va entre autre, mettre en exergue le « je » du poète, insister sur la mélancolie, relier la souffrance personnelle à des paysages torturés ou au contraire majestueux.
Théophile Gautier, auteur du 19ème siècle va faire partie de ce romantisme exacerbé avec par exemple l’œuvre poétique Emaux et Camées.
Néanmoins il va se démarquer de ce courant avec Le Capitaine Fracasse, œuvreécrite à la fin de sa carrière en 1863 qui est un pastiche du Roman comique de Scarron. Dans ce roman, Théophile Gautier va mêler les genres et introduire de l’ironie à la dimension romantique. C’est à la fois un roman d’apprentissage et un roman picaresque puisque le personnage principal va au cours de son voyage vivre des aventures qui vont le rendre meilleur sur le plan moral.
Le passageétudié se situe au milieu du roman, Sigognac, jeune noble déchu a quitté le « château de la misère » pour suivre la troupe de comédiens. Mais par une nuit de tempête, Matamore décède. Sigognac pour les besoins de la troupe, va donc le remplacer et se transformer en Capitaine Fracasse d‘où l’intitulé du chapitre : « Où le roman justifie son titre ». Cet extrait narre les premiers pas de Sigognac sur leplateau.
On peut donc se demander comment Théophile Gautier fait la transition entre la première partie du roman et la seconde dans laquelle Sigognac évolue en Capitaine Fracasse.
Nous ferons tout d’abord apparaitre l’importance du théâtre puis l’opposition entre Sigognac et son personnage de comédie, enfin nous analyserons l’évocation du château de la misère.


La dimension théâtrale estdonc centrale dans cette œuvre et tout particulièrement dans ce passage où elle va osciller entre grotesque et sublime. Tout d’abord nous nous attacherons à l’aspect grotesque du théâtre.
Effectivement, l’art théâtral est ici dévalorisé avec la métaphore filée du théâtre comparé à une ferme. En effet, les deux lexiques vont être constamment rapprochés tout au long du passage : d‘une part lelexique fermier : « à la ferme », « la grange » en deux occurrences, « tonneaux », « les bœufs et vaches », « la litière », « des veaux et bêtes à cornes », « la paille et le foin », « quelques vaches », « un veau », d’autre part le lexique théâtral : « les comédiens », « le théâtre », « banquettes », « cabaret », « spectacle », « la pièce », « spectateurs », « la scène », « au fond de la scène »,« le bord du théâtre »…
De plus, le terme « planches » utilisé à deux reprises est polysémique, il s’agit à la fois de simple planche de bois que l’on trouve dans les fermes mais aussi des « planches » de théâtre : « des planches posés sur des tonneaux formaient le théâtre ». On peut ici déceler l’ironie de Théophile Gautier qui mêle le sens noble de « planche » au sens commun. Théophile Gautiernous dévoile à cet instant l’image d’un théâtre improvisé et qui semble quelque peu branlant pour le lecteur.
On peut adjoindre à cela la critique du narrateur au sujet des jeux de lumières, il qualifie alors le spectacle de « grotesque ». En effet, il évoque les « ombres bizarres qui semblaient jouer la pièce en parodie, et contrefaire tous leurs mouvements (ceux des comédiens) avec des alluresdisloquées ». On note ici l’usage d’un vocabulaire tel que « disloquées » ou « parodie » qui est à prendre au sens dépréciatif. Le théâtre construit et mis en scène par les comédiens semble donc burlesque.

Néanmoins la dimension grotesque ne s’arrête pas à l’évocation du décor puisque que le public va lui aussi être jugé ridicule. De la même façon que le caractère rustique du théâtre...
tracking img