Commentaire chanson de guillaume

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (674 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Clers fu li jurz e bels fu li matins ;
Li soleiz raie, qui les armes esclargist ;
Les raies ferent sur la targe dan Gui.
Mult tendrement pluret des oilz de sun vis ;
Veit le Willame, a demanderli prist :
« Co que pot estre, bels niés, sire Gui ? »
Respunt li enfes : « Jol vus avrai ja dit :
Mar vi Guiburc, qui suef me norist,
Qui me soleit faire disner si matin !
Ore est le terme qu’elele me soleit offrir ;
Ore ai tel faim, ja me verras morir.
Ne puis mes armes manier ne sustenir,
Brandir ma hanste ne le Balçan tenir,
Ne a mei aider, ne a altre nuisir.
Aincui murrai, ço estduel e peril.
Deus, quele suffraite en avront mi ami !
Car tele faim ai, ja m’enragerai vif.
Ore voldreie estre a ma dame servir !
Moert mei le quor, falt mei mun vasselage,
Ne puis aider a mei,ne nuisir a altre,
Porter ne puis ne justiser mes armes ;
Ancui murrai, ço est duel e damage.
CXVII
« Moerent mi, uncle, anduis les oilz de mun chef,
Faillent mei les braz, ne me puis prof aider,Car tel faim ai, ja serrai esragé.
Mar vi Guiburc, vostre franche moiller,
Qui me soleit faire si matin manger !
Aincui murrai a duel e a pecché :
Deus, quele suffreite en avreaient chevaler !Uncore vivereie si aveie a manger.»
- Deus, u le prendrai ? » Willame li respundi,
Lunsdi al vespre ;
Deus, que ore n’ad pain e vin Willame !
« Uncle Willame, que purrai devenir ?
Falt mei lequor, par fei le vus plevis ;
Ne pusi mes armes maniër ne tenir,
Ne mun cheval poindre ne retenir.
Si jo moerc, ço ert doels e perilz,
Dunc ne remaindrat gueres de mun lin.
-Niés, dist Willame, multen sui entrepris.
Savriez vus aller al meisnil
U nus trovames lunsdi les Sarazins,
La u il esteient a lur manger assis ?
Co i remist que ne s’en pout fuir.
-Que fu ço, uncle ? –Pain e char evin.
Alez i, niés, ço li dist li marchis,
Mangez del pain, petit bevez del vin,
Puis si me socurez al dolerus peril ;
Ne me ubliër, mult sui en tei fis. »
Illoec desevrerent entre Willame e Gui....
tracking img