Commentaire comparatif le chêne et le roseau la fontaine/anouilh

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (701 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean de la Fontaine est un poète français né le 8 Juillet 1621 à Château-Thierry et mort le 13 Avril 1695 à Paris. Il est l’auteur de poèmes divers, de pièces de théâtre et de livrets d’opéra,cependant il est surtout connu pour ses fables, qui, écrites en vers, mettent en scène des animaux et présentent une morale, au début ou à la fin. Jean Anouilh est un écrivain et dramaturge français né le23 Juin 1910 à Bordeaux et mort le 3 Octobre 1987 à Lausanne. Son œuvre se divise en pièces roses comme par exemple Humulus le muet (1929), Le Bal des voleurs (1932), en pièces noires : l’Hermine(1931), Le Sauvage (1934), Antigone (1944) ou encore en pièces baroques : Cher Antoine (1969). Ici nous ferons la comparaison entre ces deux textes. Nous nous poserons donc une question : « Qu’est-ce quirassemble et différencie ces deux textes ? »
A la lecture de ces deux textes, on remarque que les premiers vers sont identiques dans les deux fables : « Le Chêne un jour dit au Roseau ».Dans sa fable, Anouilh reprend les deux mêmes personnages que ceux de La Fontaine : le Chêne et le Roseau. De plus, on remarque que la structure des deux fables est la même. L’histoire débute par ladiscussion du Chêne et du Roseau : c’est le Chêne qui débute le dialogue, et on trouve dans les deux cas le même sujet, à savoir le pli du Roseau, le vent et la force du Chêne : « Le moindre vent », « Jeplie », « Plier toujours », « Tempêtes du monde ». Puis, la fable continue avec le récit de la tempête qui vient perturber cette discussion. Une fois encore, l’évènement est conté de la même façondans les deux fables : « Le plus terrible des enfants que le Nord eut porté jusque-là dans ses flancs », « Le souffle profond qui dévaste les bois ». On finit également avec une même situation finale :le déracinement du Chêne : « Il déracine celui de qui la tête était voisine », « Jette le chêne fier qui le narguait par terre ». On retrouve donc dans les deux cas une situation finale similaire,...