Commentaire composé ruy blas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2335 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

‘’Ruy Blas’’
(1838)

drame en cinq actes et en vers de Victor HUGO

pour lequel on trouve un résumé

puis successivement l’examen de :

l’intérêt de l’action (page 3)

l’intérêt littéraire (page 3)

l’intérêt documentaire (page 4)l’intérêt psychologique (page 4)

l’intérêt philosophique (page 4)

la destinée de l’œuvre (page 5)

Bonne lecture !

Acte I. “Don Saluste”

En 169..., à Madrid, Don Salluste de Bazan, grand seigneur et ministre, va quitter la cour parce qu’il est en disgrâce, la jeune reine n’ayant pas apprécié un de ses écarts de conduite.Il médite de se venger et a convoqué à cet effet son cousin, Don César de Bazan, grand seigneur dévoyé, connu dans la bohème sous le nom de Zafari. Mais, apprenant qu'il s'agit de se venger d'une femme, Don César qui, dans sa dégradation, est resté chevaleresque, refuse avec indignation. Aussi Don Salluste le fait-il arrrêter et livrer aux pirates barbaresques. Mais il a surpris uneextraordinaire confidence de son ambitieux valet, Ruy Blas, à Zafari : le laquais est amoureux de la reine d'Espagne ! Cette passion va servir les sombres desseins de Don Salluste : présentant Ruy Blas à la cour sous le nom de Don César, grand d'Espagne, il l’engage dans cette entreprise infâme, lui ordonnant «de plaire à cette femme et d'être son amant».

Acte II. “La reine d'Espagne”

Cloîtrée dans sonpalais, Maria de Neubourg s'ennuie ; elle rêve au mystérieux inconnu qui lui fait parvenir, au péril de sa vie, les fleurs qu'elle aime ; le dernier bouquet était même accompagné d'une lettre d'amour. Le roi lui donne pour écuyer un jeune seigneur, Don César, en qui elle devine l'auteur de la lettre, ne pouvant dissimuler son émotion. Jaloux, le vieux Don Guritan provoque en duel Don César-RuyBlas. Pour sauver celui-ci, la reine écarte Don Guritan.

Acte III. “Ruy Blas”

«Heureux, aimé, vainqueur ! Duc d’Olmedo, l’Espagne à mes pieds, j’ai son coeur !» s’écrie Ruy Blas qui, en effet, par la faveur de la reine, est devenu duc d’Olmedo, chevalier de la Toison d’or, secrétaire universel et premier ministre. Son amour lui donnant du génie, il tente de régénérer l'Espagne. Dans une tiradevéhémente (« Bon appétit ! messieurs ! »), il apostrophe durement les ministres prévaricateurs qui se partagent les profits de l’empire, leur reproche leur corruption. La reine l'a entendu : sensible à tant de grandeur et de pureté, elle, que délaisse son époux, s’éprend de Ruy Blas et lui fait l’aveu de son amour. Mais Don Salluste est de retour : il raille Ruy Blas de se prendre au sérieux etl'humilie cruellement. Sans savoir encore ce que trame ce misérable, Ruy Blas tremble pour la reine.

Acte IV. “Don César”

Brusque détente : le vrai Don César a échappé aux Barbaresques ; il tombe par la cheminée... dans le logis secret du faux Don César : d'où une série de quiproquos du plus haut comique, exploités avec verve par César-Zafàri. Son intervention va-t-elle sauver Ruy Blas et lareine? Non : Don Salluste paraît et fait arrêter son cousin.

Acte V. “Le tigre et le lion”

Utilisant un billet qu'il avait fait écrire par Ruy Blas à l'acte Il, Don Salluste convie les bien-aimés à un rendez-vous galant dans sa maison privée. Mais c’est un guet-apens. À la reine qui est d’abord seule, il révèle que celui qu’elle aime est un laquais. Surprise par lui en compagnie de Ruy Blas,elle sera déshonorée ; il lui offre de renoncer au trône et de partir avec «Don César». Mais, tandis que le traître savoure son triomphe, Ruy Blas survient, ferme au verrou la porte de la pièce ; puis, revenant sans bruit derrière Son Salluste, il lui arrache son épée. Ce coup de théâtre renverse la situation : le valet bafoué, complice malgré lui d’un atroce complot contre la femme qu’il aime,...
tracking img