Commentaire composé victor hugo : discours sur la misère

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 5 (1137 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 29 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé Victor Hugo : Discours sur la misère

Introduction:

Victor Hugo est très impliqué dans la vie politique. IL revendique qu'il est contre Napoléon III (recueil de poèmes contre lui : « Les châtiments »). Celui-ci, pendant le Second Empire, l'exilera. Hugo est un écrivain adepte du romantisme. Son « discours sur la misère », tiré du recueil « Actes et paroles », estrapporté dans cet extrait. Le 9 juillet 1849 s'ouvre en France, sous la Deuxième République, un débat parlementaire sur les lois de la prévoyance et de l'assistance publique dont Victor Hugo, récemment élu à l'assemblée constituante, y participe. Comment Victor Hugo aborde-t-il la misère et que soulève ce constat? Tout d'abord nous nous intéresserons au registre pathétique utilisé par Victor Hugo pourdresser un état des lieux alarmant, ensuite, nous expliquerons en quoi ce constat soulève une polémique dans l'assemblée.

Plan :

I Registre pathétique dresse un état des lieux alarmant

a) Champs lexicaux et ponctuation

Dans son discours, l’écrivain emploie les champs lexicaux de la tristesse et de la douleur  : « mon dieu » (l.13), « tristes » (l.13), « malheureux » (l.23),«  désespère »(l.36); « guérir le mal » (l.16), « mort de faim » (l.25), « douloureux » (l.26), « le peuple souffre » (l.35), « meurt de faim » (l.38), « souffrance publique » (l.41), Ces champs lexicaux sont accompagnés de l’anaphore du mot « misère » qui les accentue. L’auteur veut que l'omniprésence de ce mot reflète l’ampleur de la misère, qui à cette époque, est très importante. Pour que son message passeil le répète inlassablement. De plus, la ponctuation joue un rôle important dans le texte de Victor Hugo. A maintes reprises l’auteur utilise des phrases exclamatives et interrogatives (l.6, 11, 12, 16, 26, 28, 30, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 40, 41, 43 et 47). Enfin Victor Hugo en énumérant « des familles, des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants » (l.19)cherche à toucher la sensibilité du plus grand nombre de personnes dans l'assemblée.

b) Système d'argumentation

Chaque paragraphe à sa fonction, Victor Hugo met en place un système d'argumentation simple mais qui reste longtemps dans la mémoire. Le but de ce discours est de convaincre l'assemblée constituante de la situation de la misère en France, pour convaincre un peuple il faut graver samémoire au fer rouge par des procédés efficaces tels que l'anaphore du mot « misère » ou bien l'agencement des paragraphes : d'abord les faits ensuite leurs conséquences « Voici donc ces faits »(l.19) « voilà un fait. En voici d'autres »(l.25-26), cette argumentation est basée sur le concret. L'auteur met en place aussi beaucoup de parallélismes comme « Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi jevoudrais pénétrer » (l.39) ou encore « n'ayant pour lits, n'ayant pour couvertures »(l.22) dans le but, encore, de marteler son message dans l'esprit de tous. Cette argumentation demande beaucoup d'habileté pour ne pas en faire trop et perdre attention du public.

Transition : Victor Hugo passe d'un registre pathétique pour décrire la situation dramatique à un registre oratoire pour montrer lanécessité de réagir.

II Constat de la misère soulève une polémique

a) Registre oratoire

Dans la seconde partie de son discours, Victor Hugo met en place un registre oratoire pour prouver et persuader les autres députés présents à l’assemblée qu’il faut réagir face à la misère en France. Tout d’abord, l’auteur en utilisant l’analogie « La misère est une maladie du corps social comme lalèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. » (l.5) cherche à rassurer les personnes présentes à l’assemblée que la misère n’est pas quelque chose de fatal et qu’il n’est pas trop tard pour la détruire. L'écrivain fait aussi des phrases amples, des questions rhétoriques telles que « Voulez-vous des faits? »(l.13) ou encore « Comment veut-on...
tracking img