Commentaire compose

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1025 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|PROFESSEUR STAGIAIRE | TITRE : |DOCUMENTS ELEVES |
|DIAO FATIMA | | |
| | ||
| |LE COMMENTAIRE COMPOSE | |
|SPECIALITE : TECHNIQUE D’EXPRESSION | |ETABLISSEMENT : LTY |
|MATIERE : METHODOLOGIE ||CLASSE : 1ère B |
|CORPUS |
|Vers la fin de sa vie, Jean-Jacques Rousseau, philosophe, romancier du siècle des lumières est un paria, un rejeté. Sans doute incompris de la |
|société etde ses pairs, il est l’objet de critiques et d’attaques de la part de ses collègues notamment Voltaire. Il est persuadé d’une sorte de|
|« complot » contre sa personne. Il doit alors redorer son image et se justifier. C’est sans doute la raison qui le pousse à écrire Les |
|Confessions, une autobiographie qui sera publiée à titre posthume. « Une étrange entreprise », extrait soumis ànotre étude est le premier texte |
|c’est-à-dire le préambule de cette œuvre. Dans ce texte, Rousseau dans un style solennel présente son projet autobiographique et se justifie à la|
|fois aux yeux des hommes et de Dieu. Dans le commentaire qui va suivre, nous verrons comment à travers la présentation de son œuvre, Rousseau |
|fait découvrir sa personnalité.|
|Rousseau avant toute chose, présente son œuvre à des destinataires. Il organise sa présentation selon les caractéristiques précises. En effet, |
|l’authenticité et l’humanité sont les traits forts de son œuvre. Dès l’entame du texte, les subordonnées relatives « Qui n’eut jamais d’exemple »|
|L1 ; Dontl’exécution n’aura point d’imitation » L2, dont les temps verbaux sont au passé et au futur de l’indicatif montre bien que l’auteur |
|refuse toute comparaison, imitation avec les œuvres du passé et celles du futur. Les adverbes « jamais » et « point », tournures exclusives |
|montrent bien que l’ouvrage de Rousseau est unique. Sans précédent et sans postérité, les tournures exclusives expriment lanouveauté qui |
|caractérise son projet. Son œuvre est une « Entreprise » L1, métaphore qui traduit implicitement que son œuvre est une organisation bien |
|structurée et parfaite. Outre son unicité, il montre l’authenticité de son travail. Pour le démontrer, Rousseau est guidé par un devoir de |
|transparence et de vérité « montrer » L3 ; « Je me suis montré tel que jefus » L23-24 ; « Tel que tu l’as vu toi-même » L26 ; « J’ai dévoilé mon|
|intérieur » L25 constituent un champ lexical du regard, du dévoilement qui donne à ce projet un cachet de transparence et de sincérité. « Rien |
|tu » ; « Rien ajouté » renforcent l’authenticité de son œuvre. En plus des deux premières caractéristiques, Rousseau humanise son œuvre. Lui et |
|son œuvre ne font qu’un. Lasimilitude est nette à travers les groupes de phrases « ce que j’ai fait, c’est ce que j’ai pensé » L16 révèle que |
|tout son être, toute sa vie est retranscrit à travers son projet autobiographique. Le pronom personnel de la première personne « je » utilisé |
|plus d’une vingtaine de fois, montre l’implication de l’auteur dans son œuvre. Il est narrateur-auteur-personnage. « je »...
tracking img