Commentaire cyrano de bergerac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1277 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac (1897), acte III, scène 7

Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand comporte plusieurs scènes très célèbres. L’une d’elles est la « scène du balcon » (III, 7). Ici, Cyrano se faisant passer pour Christian, parle directement à la belle Roxane, au bas de son balcon. Profitant de l’obscurité, ému, il est tout près de révéler sa véritable identité. Le public,contrairement à Roxane, comprend l’ambiguïté des paroles de Cyrano. Certes, celui-ci se fait passer pour un autre, mais paradoxalement, il n’a jamais été si sincère. Nous pourrons nous interroger sur le sens du travestissement pour Cyrano : sert-il avant tout à dissimuler ses traits, ou bien au contraire à révéler son véritable caractère ? C’est pourquoi dans un premier temps, nous étudierons lacomplexité de la situation d’énonciation et dans un second temps, nous nous demanderons comment se manifeste le trouble profond de Cyrano dans cet extrait.

L’étude de la situation d’énonciation dans ce dialogue théâtral s’avère très intéressante : elle donne lieu à une mise en abyme.
Cyrano parle à Roxane. Roxane croit s’adresser à Christian. Mais le spectateur le voit d’un autre œil :Roxane parle au corps de Christian et à l’esprit de Cyrano. L’illusion visuelle est possible grâce à l’ombre du soir, évoquée à plusieurs reprises dans le texte. L’illusion sonore est moins parfaite : Roxane a perçu le changement de timbre de voix : « C’est vrai que vous avez une tout autre voix » (l.21). Toutefois, elle l’impute à l’émotion. Christian, présent discrètement sur la scène, est exclue dudialogue, réduit à la position de spectateur impuissant. On s’aperçoit que la part de Cyrano dans le dialogue est beaucoup plus importante que celle de Roxane : elle ne fait que relancer Cyrano par des réponses courtes, parfois même monosyllabiques ( « Quoi ? » l.17), qui ne font que reprendre les propos de Cyrano : « sans se voir ? »/ « Vous le fûtes ! »/ « Si nouveau ? »/ « Raillé de quoi ? »/« La fleurette a du bon » (l.4/11/27/30/35).
Cyrano joue donc un rôle, celui de Christian : c’est une forme de « théâtre dans le théâtre ». Quant à Christian, c’est à la fois le metteur en scène du spectacle, puisqu’il a poussé Cyrano à prendre sa place, et un spectateur muet. La position de Roxane, sur son balcon, offre une similitude avec celle des spectateurs de théâtre qui surplombentaussi la scène. Ses réactions sont simplement admiratives ou étonnées, comme en témoignent les nombreux points d’exclamation et points d’interrogation qui ponctuent ses répliques : cette attitude assez passive fait aussi penser à celle d’une spectatrice. Ce « théâtre dans le théâtre » constitue une mise en abyme du motif de la comédie.
Les spectateurs ne comprennent pas les paroles de Roxanede la même manière que celle-ci. Edmond Rostand établit un jeu complice avec le public, qui perçoit les allusions que Cyrano fait à dans propre cas : on peut craindre que Cyrano en vienne à se démasquer. L’auteur répète le même procédé tout au long de l’extrait : Cyrano parle de lui sans faire exprès, et il est obligé de se rattraper in extremis pour que cette maladresse paraisse explicable auxyeux de Roxane. Ainsi, elle a du mal à comprendre pourquoi il est enchanté de lui parler dans le noir : le spectateur sait tout à fait que pour Cyrano, c’est l’occasion de cacher son physique disgracieux. Alors, Cyrano met en valeur le romantisme de la situation pour la rendre plausible. De même, le public pense que Cyrano est prés de l’aveu, quand il dit : « Parce que…jusqu’ici / Je parlais àtravers… » (l.15). Le suspens est d’ailleurs aiguisé par les points de suspension : on peut craindre que le mot suivant soit : « Christian »…Mais le héros l’évite. Quand Cyrano avoue avoir peur d’être raillé, chacun - Roxane mise à part- comprend qu’il s’agit d’une allusion à son nez.
La situation d’énonciation permet donc établir un jeu subtil avec le spectateur, qui ne perçoit pas le...
tracking img