Commentaire de chassignet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (485 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé : Jean-Baptiste Chassignet : "Assieds-toi sur le bord..."
Texte étudié :

Assieds-toi sur le bord d'une ondante rivière :
Tu la verras fluer d'un perpétuel cours,
Et flotssur flots roulant en mille et mille tours
Décharger par les prés son humide carrière.Mais tu ne verras rien de cette onde première
Qui naguère coulait ; l'eau change tous les jours,
Tous les jourselle passe, et la nommons toujours
Même fleuve, et même eau, d'une même manière.Ainsi l'homme varie, et ne sera demain
Telle comme aujourd'hui du pauvre corps humain
La force que le temps abrévie etconsomme :Le nom sans varier nous suit jusqu'au trépas,
Et combien qu'aujourd'hui celui ne sois-je pas
Qui vivais hier passé, toujours même on me nomme

Chassignet


Le commentaire composé :Œuvre volumineuse, dont l’auteur souligne qu’elle fut composée en six mois, le Mépris de la vie s’inscrit, en ces dernières années du XVIe siècle, dans un courant poétique sensible aux images de lamort, de l’agonie et du pourrissement de la chair: les Derniers Vers de Ronsard illustrent cette sensibilité, sans doute alimentée par l’horreur quotidienne des guerres civiles. L’obsédant mementomori du recueil se situe au croisement d’un néostoïcisme sénéquien et d’une puissante inspiration biblique: pourvu d’une solide culture humaniste et scripturaire, Chassignet multiplie les allusions àSénèque autant qu’à l’Ecclésiaste ou aux Psaumes. Source principale du Mépris de la vie, la Bible n’empêche pas cependant l’influence des contemporains: Philippe du Plessis-Mornay, écrivain et hommepolitique protestant, avait publié en 1576 un Excellent Discours de la vie et de la mort, qui inspire plusieurs sonnets de Chassignet; mais surtout, l’auteur emprunte largement aux deux premiers livres desEssais: la Préface du Mépris de la vie, à cet égard, n’est pas seulement imitée de Montaigne, elle assemble habilement une série de citations du chapitre «Que philosopher, c’est apprendre à...
tracking img