Commentaire de "don juan aux enfers" de charles baudelaire 1ère l

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1340 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE
« Dom Juan aux Enfers » de Charles Baudelaire

Baudelaire, grand poète du XIXe siècle (1821-1867), fut largement inspiré par l’idéal romantique à travers toute son œuvre, dont la plus importante est son recueil Les Fleurs du Mal. Le texte étudié se trouve dans la partie « Spleen et idéal » et est écrit à la fin du courant romantique.
Le poème qui suit « Don Juan aux Enfers »s’intitule « L’Homme et la mer », et parle de l’homme libre, de l’infini. Ce désir d’infini est caractéristique de Don Juan comme de Baudelaire, et c’est en cela que ce personnage anticonformiste inspira le poète.
Baudelaire transpose ainsi le genre théâtral en genre poétique pour réécrire le Don Juan de Molière. Comment Baudelaire s’approprie-t-il le mythe de Don Juan pour en proposer une réécrituremoderne ? Nous verrons comment Baudelaire associe la tradition du mythe de Don Juan à la modernité de son écriture pour proposer une nouvelle vision du mythe réactualisé.

I) Tout d’abord, Baudelaire tire les sources de son poème dans la
tradition du mythe de Don Juan.

« Don Juan aux Enfers » est marqué par l’influence directe du théâtre de Molière. Par sa structure d’abord, car les cinqquatrains peuvent faire penser aux cinq actes. Il est une suite directe de la pièce après que la foudre est tombée sur Don Juan. L’entrée dans le vif du sujet du poème : « Quand Don Juan descendit vers l’onde souterraine/Et lorsqu’il eut donné son obole à Charon », avec les deux verbes d’action et les deux conjonctions de subordination « quand » et « lorsque », ajoutent à cet effet de continuité.On constate également le retour de tous les personnages principaux du « Don Juan » de Molière : le pauvre (v. 3), les femmes séduites (v. 6), Sganarelle (v. 9) Don Luis (v. 10), Done Elvire (v. 13), le Commandeur (v. 17). Ce retour s’effectue aussi par la récapitulation des fautes de Don Juan et des récriminations des différents personnages : « montrer » (v. 5 et 11) ; « réclamer » (v. 9 et15).

Outre Molière, ce poème s’inscrit dans la tradition du mythe en raison de son cadre mythologique, explicité dès le titre : les Enfers. « L’onde souterraine » du vers 1 rappelle les fleuves Achéron et Styx, avec le « flot noir » (v. 18) et le « rivage » (v. 11) où les morts sans sépulture sont condamnés à errer cent ans.
L’obole, la barque et Charon rappellent le mythe grec du passage dela vie à la mort, et la mention du philosophe Antisthène est encore une référence au monde antique, tout en établissant un lien entre l’école des cyniques et la pensée de Don Juan.

Il s’agit donc d’une descente aux Enfers faisant suite au châtiment tragique de Don Juan dans le cinquième acte de Molière, mais le décor est lui inspiré des enfers antiques. Ce décor est d’ailleurs exploité parBaudelaire pour transformer son poème en une peinture lugubre.

II) « Don Juan aux Enfers » est en effet un poème pictural et musical qui traduit la modernité de l’écriture baudelarienne.

La structure du texte est composée de cinq strophes, se présentant comme la description d’un tableau : l’imparfait descriptif est prédominant « se tordaient ; traînaient ; réclamait ; montrait ; semblait…», les personnages paraissent ainsi figés dans une attitude.
L’ambiance du poème ajoute à sa picturalité : le noir, mentionné à deux reprises pour le ciel et l’eau (« noir firmament » ; « flot noir »), semble encadrer et enfermer les personnages. Cette scène oppressante et immobile efface les barrières entre poésie et peinture, et peut rappeler l’éternité du châtiment tout comme l’éternité dupersonnage de Don Juan.
De plus, Baudelaire joue avec la forme poétique pour rendre son texte vivant. Les nombreuses allitérations semblent utilisées à plusieurs reprises pour faire parler les personnages, comme au théâtre. Le son [r] de « Sganarelle en riant réclamait » peut faire penser à un éclat de rire, tandis que « fils audacieux », rendu encore plus persiflant grâce à la diérèse,...
tracking img