Commentaire de guerre voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1749 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Article « Guerre », Dictionnaire philosophique, Voltaire
Commentaire composé

Au XVIIIème siècle, en 1764, Voltaire, philosophe des Lumières, publie son Dictionnaire philosophique, pour propager ses convictions et continuer son combat contre l’absolutisme et le fanatisme. Son expérience avec Frédéric II de Prusse et l’espoir d’un despotisme éclairé s’est soldée par un échec ; laFrance sort appauvrie d’une guerre contre l’Autriche ; c’est dans ce contexte que le philosophe rédige l’article « Guerre » de son Dictionnaire. Au lieu de donner une définition du mot, l’auteur présente une argumentation à travers un récit où sont dénoncées indirectement l’absurdité et les horreurs de la guerre : l’article se présente donc comme un apologue.
Nous examinerons dans un premier temps lescauses qui engendrent la guerre, puis comment Voltaire utilise l’ironie pour la dénoncer.

Pour parler de la guerre, l’auteur raconte une petite histoire qui explique comment un prince se trouve à l’origine d’une guerre sanglante. Tout commence par des renseignements généalogiques extraordinairement imprécis : de lointains ancêtres du prince ont fait « un pacte de famille, il y a troisou quatre cents ans avec une maison dont la mémoire même ne subsiste plus. Cette maison avait des prétentions éloignées sur une province ». Comment dans ces conditions le généalogiste peut-il prouver quelque chose ? Et en particulier une descendance « en droite ligne » ? Cela n’empêche pourtant pas le prince et son conseil de conclure « sans difficultés » que la dite province lui appartient. C’estcette déduction établie sur des faits approximatifs que dénonce Voltaire : à l’origine de la guerre, il y a cette prétention injustifiée du prince à gouverner une province qui ne lui revient pas par héritage direct ; c’est la cupidité du prince, sa soif de pouvoir qui vont déclencher les hostilités.
Car la province ne trouve pas à son goût cet abus de pouvoir. Voltaire exprime au discoursindirect les protestations de la province, insistant avec la reprise anaphorique de « que » sur ses motifs de mécontentement : celle-ci « a beau protester qu’elle ne le connaît pas, qu’elle n’a nulle envie d’être gouvernée par lui, que pour donner des lois aux gens, il faut au moins avoir leur consentement, » le prince se prévaut du « droit divin », un droit selon lui « incontestable ». A travers ceconflit, Voltaire oppose le pouvoir démocratique – où le peuple se choisit un gouvernement – et le pouvoir monarchique, tyrannique, qui s’impose par la force, s’appuyant sur l’idée que ce pouvoir lui vient de Dieu. On peut remarquer que les deux mentions de droit « divin » et de droit « incontestable » - les deux termes fonctionnant comme des synonymes – correspondent dans le récit à de courtspassages où s’exprime le point de vue interne du prince : la province conteste, mais le prince est persuadé que son droit est « incontestable ». Or le droit divin justifie ordinairement le droit à gouverner, pas la propriété. Une deuxième cause de la guerre est ainsi dénoncée : la monarchie absolutiste et sa politique de conquête est nécessairement une source de conflits dans la mesure où elle s’opposeau droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Enfin la guerre n’aurait pas lieu s’il n’y avait pas d’hommes pour la faire. La facilité pour trouver des soldats est suggérée par la rapidité dans l’enchaînement des faits et par l’adverbe « incontinent » : les discours de la province « ne parviennent pas seulement aux oreilles du prince, dont le droit est incontestable. Il trouve incontinent un grandnombre d’hommes qui n’ont rien à perdre ». Par cette périphrase sont désignés les soldats-mercenaires. Voltaire fait ainsi comprendre que c’est la misère qui pousse les hommes à s’enrôler, l’espoir de gagner « cinq à six sous par jour ». Comme des moissonneurs, ils « vont vendre leurs services à quiconque veut les employer ». Née du caprice d’un prince, la guerre est faite par des soldats qui...
tracking img