Commentaire de "je vis, je meurs" de louise labé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (775 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Théophile BOITTIAUX 2G03

Commentaire
Sujet : Extrait de Sonnets de Louise Labé. Montrer comment Louise Labé reprend certaines conventions pétrarquistes puis s’en écarte en privilégiant un lyrismeplus franc un sonnet marqué par le pétrarquisme// Un lyrisme plus exalté.

Ce poème est un extrait du recueil Elégies et Sonnets écrit par Louise Labé au 16ème siècle. Tous ses sonnetsexpriment les tourments féminins de la passion. Ce poème intitulé « je vis je meurs » est son plus célèbre sonnet, le 8ème de son recueil. Il s’inscrit dans la plus pure tradition pétrarquiste dont onvoit l’influence. Elle y reprend en effet la passion et la description de sentiments contraires. Elle développe pourtant dans le même temps un style de poème qui est tourné vers le lyrisme, plusparticulièrement vers l’Amour.
En quoi ce poème est-il marqué par les idées de Pétrarque mais aussi par le lyrisme ?
Nous nous pencherons tout d’abord sur les conventions pétrarquistes reprises parLouise Labé dans ce sonnet puis nous nous demanderons pourquoi il est un bel exemple de lyrisme.

Tout d’abord, le pétrarquisme est un courant littéraire qui s’inspire d’une conceptionamoureuse du moyen âge, celui de l’amour courtois où le chevalier est soumis à sa dame, et de l’amour platonique, idée développée par Platon, philosophe grec du 4ème siècle avant Jésus Christ, thème fortementrepris durant la Renaissance, notamment dans la poésie. L’amour platonique se définit succinctement comme un amour où ce sont les qualités qui sont aimées dans une personne et non pas la personneelle-même et exclut l’amour charnel.
Dans ce poème, Louise Labé reprend une structure chère à Pétrarque à savoir : deux quatrains suivis de deux tercets. Ce poème peut être décomposé en deux parties. Ala manière de Pétrarque les deux quatrains qui composent le huitain présentent les effets physiques de l’amour tel que « j’ai chaud extrême en endurant froidure », tandis que les tercets nous...
tracking img