Commentaire de jean bodin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1915 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire
Les six livres de la République
Jean Bodin

La période qui s’étend du XVe au XVIIIe siècle est marquée par une véritable volonté de réflexion sur la place et l’exercice du pouvoir royal. Une multitude de théoriciens tels que Machiavel, Richelieu ou encore Bossuet ont cherché à justifier les pouvoirs absolus du roi.
Un autre auteur du XVIe siècle, Jean Bodin, à chercher égalementà défendre l’autorité du roi. Economiste et juriste français né à Angers en 1530 et décédé en 1596, il a été député aux Etats généraux de Blois en 1576. Il a élaboré une théorie complète sur la souveraineté et a été essentiellement influencé par Aristote. En cela, il est dit que J. Bodin est le père du pouvoir absolu. Dans son œuvre, il développe sa théorie et il précise et fixe les caractères dela souveraineté, en des termes qui ne seront que de peu contestés jusqu’au début du XXe siècle.
L’extrait avancé dans ce commentaire est tiré de son œuvre écrit en 1576 et qui s’intitule Les six livres de la République. Il est tiré des chapitres 1, 9 et 11 du Livre I et des chapitres 1 et 2 du Livre II. Jean Bodin l’a publié au moment des guerres de religion et dans celui-ci, il traite de lasouveraineté royale.
La question de la souveraineté a, depuis des siècles, soulevé de nombreuses interrogations et de critiques et c’est en cela que cet extrait est un texte de doctrine car il est capital dans l’importance de la mise en place de la notion d’Etat. Jean Bodin va livrer une définition à la République en tant que telle et donner une explication à la légitimité de la souverainetémonarchique.

De quelle manière Jean Bodin définit-il la souveraineté et quelle explication donne-t-il à l’absolutisme royal ?

Il va s’agir dans un premier temps d’être attentif à la définition que peut apporter l’auteur à la souveraineté (I), pour ensuite comprendre la théorie qu’il a mis en place sur l’absolutisme royal (II).

I. Définition de la souveraineté selon Jean Bodin
Jean Bodinplace au centre de son œuvre Les six livres de la République, la théorie de la souveraineté et de l’autorité absolue de la puissance publique. Pour lui, c’est la souveraineté qui prime, mais elle ne pourrait primer sans l’existence de la République (A) et sans les marques, les prérogatives du Roi absolu (B).

A. L’existence de la souveraineté grâce à la République
Pour mettre en place sathéorie, Bodin est influencé par Aristote et par le droit romain. Il se fonde sur la Respublica. La République est la « chose publique ». Pour lui, l’Etat se cache derrière cette expression. En effet, il définit l’Etat (ou la République) par la définition suivante : « La République est un droit gouvernement de plusieurs ménages et de ce qui leur est commun avec puissance souveraine ». Pour J. Bodin,l’Etat doit être légitime pour les hommes qui s’y soumettent et doit être fondé sur le droit. C’est d’ailleurs sur cette théorie qu’a été mentionnée la notion d’ « Etat de droit ». Pour l’auteur, la République est « un droit gouvernement de plusieurs ménages » car la base de l’Etat est communautaire. Les hommes sont intégrés dans l’Etat comme dans une famille. C’est ce qu’il explique lorsqu’il ditque : « aussi la République sans puissance souveraine qui unit tous les membres et partie d’icelle et tous les ménages et collèges en un corps n’est plus un République ».
Jean Bodin affirme ensuite dans son œuvre que : « La souveraineté est la puissance absolue et perpétuelle d’une République ». En effet, la République est perpétuelle dans le sens où elle ne doit pas subir d’interruption. Elle doitavoir une nécessaire continuité de la chose publique au-delà de la mort du roi. Bodin postule l’irrévocabilité et rejoint l’expression qui dit : «  Le Roi est mort, vive le Roi ! » qui est proclamé lors de la nomination d’un nouveau monarque. De plus, la République est indépendante. Le roi de France ne doit pas subir la contrainte de la part de l’Eglise. Il n’est pas non plus dépendant de...
tracking img