Commentaire de la chanson du mal aimé de guillaume apollinaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1601 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire est né en 1880 à Rome. Il est le fils naturel d’une femme polonaise ; son père quant à lui est un officier italien mais celui-ci ne l’a pas reconnu. Avec sa mère, il passe son enfance et son adolescence dans des stations thermales à proximité de casinos. Son éducation est morcelé, mais celui-ci n’en a guère besoinétant donné qu’il est issu d’un milieu cultivé et qu’il est autodidacte. En 1901, il devient précepteur dans un grande famille allemande au bord du Rhin. C’est ainsi qu’il rencontre son premier grand amour, qui est une gouvernante anglaise nommée Annie Playden, mais hélas celle-ci refusera de l’épouser et immigrera aux Etats-Unis. Il sera profondément meurtri par cet abandon et en demeurera trèsmalheureux. Ce séjour eut tout de même un aspect positif étant donné qu’il y découvrit une passion pour les légendes allemandes du bord du Rhin. En 1907, il part s’installer à Paris et devient employé de banque grâce à certaines de ses relations. Ce métier ne lui plaît point et il décide de se reconvertir en critique d’art. Ainsi, il célébra Picasso et le cubisme. D’ailleurs, celui-ci rencontra unefemme peintre nommée Laurencin avec qui il vécut par la suite. En 1913 il publia son recueil poétique intitulé Alcools, qui fut le résultat de quatorze années d’écriture. Apollinaire était en quelque sorte un étranger sans nationalité et sans racine, cependant il aimait vraiment la France et lorsque la guerre éclata en 1914, celui-ci s’engagea volontairement dans l’armée pour défendre ce pays quil’avait adopté. Il fut ainsi naturalisé en 1916. Durant une permission, Guillaume Apollinaire rencontre une nouvelle femme. En 1917, celui-ci sera trépané et rapatrié d’urgence. Il mourut en 1918 de la grippe espagnole, fléau qui fit plus de dix-huit millions de morts.
Nous sommes ainsi en présence du poème intitulé La chanson du mal aimé, tiré de son recueil de poésie Alcools. Nous tenterons doncde savoir en quoi ce poème est le résultat d’une longue et accablante souffrance amoureuse. Dans un premier temps, nous tenterons d’étudier la présence d’un temps musical désaccordé, avant de nous pencher dans un second temps sur le sentiment de plénitude et à la fois de vacuité qui transparaît dans ce poème.

I) Un temps musical désaccordé :

Dans le premier vers, la métaphore assimilantle soleil à une lyre semble évoquer Orphée, qui est le poète par excellence, et qui fut capable de vaincre la mort par le chant. Ainsi, nous pourrons nous demander si Apollinaire est capable de vaincre sa souffrance par la poésie ? Le second vers semble répondre négativement à cette question car « Brûle » et « endoloris » sont des images négatives ; le poète perd visiblement ce pari. Dans letroisième vers, le terme « mélodieux » est mis en valeur par la diérèse, cependant il est contrebalancé par le terme « délire » qui nous ramène à quelque chose de désaccordé.
Dans la seconde strophe, au vers 6, le terme « orgues de Barbarie » devrait normalement procurer une part de rêverie, de bonheur, cependant le terme est contrebalancé par la personnification « sanglotent » au septième vers.Dans la troisième strophe, le terme « Musiquent », présent au vers 14, est mis en valeur par la métaphore des vers 13 et 14, qui assimile le mouvement des tramways à celui d’un archet sur un violon, ainsi que par le fait que celui-ci est placé en début d’hémistiche. Mais, le vers 15 démolie la chose par le terme « la folie de leur machine » qui assimile ainsi cette musique à un air inquiétant etdésaccordé.
Dans la quatrième strophe, les vers 16 et 17 amplifie l’aspect musical avec notamment la personnification des cafés qui « crient », ainsi que par le pluriel poétique « leurs tziganes ». Cependant, cette image est encore une fois dégradée, la métaphore péjorative assimilant les trompettes à des « siphons enrhumés » traduit une démolition de l’air musical.
En outre, dans la...
tracking img