Commentaire de la definition d'albert camus sur les heros

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1826 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : "Les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. Leur univers n'est ni plus beau, ni plus édifiant que le nôtre. Mais eux, du moins, courent jusqu'au bout de leur destin et il n'est jamais de si bouleversant héros que ceux qui vont jusqu'à l'extrémité de leurs passions."
Commentez la définition de héros d’Albert Camus.

Tous les personnages, de roman ou de la vie réellevivent dans les meme contextes et sont soumis à leur destin, mais, d’après Camus, seuls les personnages de romans, aussi appelés héros vont jusqu’au bout, et finissent ce que nous, personnages réels ne finissons jamais. Ainsi, la différence se trouverait dans la manière d’aborder son destin : lui faire face ou le fuir. Cependant, les moyens de s’y opposer ne sont pas toujours évidents et lesheros de roman sont soutenus par l’auteur qui reste maitre de leur destin. Ils n’evoluent donc plus dans le meme univers que nous mais dans un univers litteraire créé pour eux, et ressemblant au notre.

Avant tout, un héros est un personnage façonné par le romancier. Il peut être plus ou moins proche de la réalité, selon l’implication de l’auteur. En effet, les auteurs naturalistes créent despersonnages, qui ne peuvent être des heros selon les trois principes du mouvement, à l’image des personnages réels. Ils nous ressemblent donc, vivant dans la même société, éprouvant les mêmes émotions, les mêmes souffrances, se posant les mêmes questions que nous sur la vie. Dans au bonheur des dames de Zola, Denise issue de sa Valognes provinciale doit affronter Paris et sa societe. Son univers estcelle de l’auteur, dans le Second Empire avec la description des travaux de Haussmann qui transforment les grands boulevards. Le lecteur reconnait son époque.
De même, les auteurs réalistes respectent la règle de la description exacte de la vie réelle. Les personnages de leur roman vivent donc dans une société que l’on peut retrouver dans plusieurs oeuvres, Bel-Ami de Maupassant et Le père Goriotde Balzac par exemple. Georges Duroy et Eugène de Rastignac ont ainsi de nombreux points communs, en tant que « débutant » dans la société parisienne. Les deux personnages ont recours à des femmes pour assurer leur ambition de se hisser dans la haute société, devenant des arrivistes peu scrupuleux et corrompus. Cependant, même dans ces oeuvres qui semblent a tout point de vue ordinaires, desindices permettent de relever la presence de l’auteur qui est en réalité maitre de leur destin et leur permet d’arriver a leur but. Dans Bel-Ami, la réussite du personnage est prévu dès les premières pages, George Duroy sait qu’il plait aux femmes et qu’il peut en profiter. Le lecteur devine alors qu’il va se servir de cet atout. Dans le père Goriot, Balzac peint un décors et des personnages conformes àla réalité, néanmoins, certains comme Vautrin ou le père Goriot sont symbolisés par le crime et le mal pour le premier, c’est un bandit qui fascine, il possede une intelligence diabolique ; une grandeur d’ame pour le second par son sacrifice, il symbolise la paternité. Ce thème de sacrifice se retrouve egalement dans le colonel Chabert, Balzac crée en cela des personnages « colosses », proches dela réalité mais fictifs.

Les héros sont ceux qui font face à leur destin, menant une vie de lutte. Dans Manon Lescaut, Des Grieux lutte contre son amour, que la société, son père et sa naissance interdisent. Manon doit lutter contre ses envies de luxes et le train de vie dépensier qu’elle aimerait mener. Mais ce n’est qu’en Amerique, et surtout par sa mort, que Manon expie ses fautes passéeset que Des Grieux est rendu heroique. En racontant son histoire a plusieurs reprises, Des Grieux idealise Manon, fait d’elle, une heroine mysterieuse, presque mythique, lui meme etant alle jusqu’au bout de ses desirs, là ou son vrai destin a voulu le mener, refusant le chemin tout trace de l’ordre de Malte.
Un autre exemple est le roman de Malraux. Dans la condition humaine, c’est contre le...
tracking img