Commentaire de la jeune veuve

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 8 (1763 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 Cette fable évoque une jeune veuve qui après avoir perdu son mari, se console, et demande à son père un autre mari. De La Fontaine montre ici que l'amour "éternel" voué au mari défunt disparaît tout naturellement avec le temps et les attraits de la vie. Outre le contenu même de la fable, il faudra garder en tête le caractère mystique de cet écrit.
 Nous verrons dans une première partie lastructure du récit de la fable, puis dans une seconde partie la portée de la fable dans le contexte classique du XVII°s, enfin dans une troisième partie, le caractère flou du genre du texte : ce texte qui se présente comme fable tendrait plutôt vers la pièce en vers, comme une sorte de dialogue.

Le genre littéraire de la fable est assez codifié. Il va tendre à mettre en valeur ses articulations etses ramification pour laisser apparaitre les objectifs et mouvements principaux du texte. Ici, les deux premiers vers ont une valeur annonciatrice. En effet, ils vont résumer toute la fable à venir. D’ailleurs le vocabulaire y est clair et simple. Les vers trois et quatre suivent le même schéma, mais sur un mode plus schématique, voir imagé, car ils réalisent une allégorisation du temps. Les vers5 à 15, eux, développent cette même idée en la rendant plus concrète. Ces vers ont une valeur introductive et forment le premier «mouvement» du texte, comme un événement déclencheur. Le corps de la fable peut commencer.
Le deuxième mouvement, qui va jusqu’au vers 34, voit une « jeune beauté » devenir veuve. Elle tombe dans une tristesse absolue et prend le deuil. Ce deuxième mouvement alternediscours direct au présent et récit au passé. On note dès le départ la prééminence du discours direct, qui accélère le récit : en 15 vers la « jeune beauté » a perdu son mari, pris le deuil, et refusé un nouveau mari.
Le troisième et dernier mouvement du texte s’étend aussi sur une quinzaine de vers. Nous sommes sur une partie chronologiquement plus lointaine de la fable : un mois après avoir pris ledeuil, la « jeune beauté » se lasse et oublie petit à petit. Ici le récit domine, sauf dans les deux vers finaux où le dialogue direct réapparaît : la jeune femme qui avait avant refusé un nouveau mari, demande où est celui que lui avait alors promis son père.
Ces trois mouvements, de tailles égales, permettent au lecteur de comprendre de quoi il va s’agir ; le développement se fait souvent endeux temps, montrant qu’il faut toujours se méfier des apparences et autres idées préconçues.

Sur une cinquantaine de vers, De La Fontaine parvient à écrire un récit entier, avec un début et une fin. Le fabuliste travaille la brièveté. Par la disposition des rimes tout d’abord : si l’alternance entre rimes féminines et masculines est respectée, le schéma est lui tout à fait hasardeux. Sur les dixpremiers vers, par exemple, on note des rimes embrassées, suivies de rimes plates, puis de rimes croisées : le fabuliste explore toutes les possibilités de la poétique du XVII°s. Les enjambements abondent. Ainsi, entre les deux rimes plates et les quatre rimes croisées, on observe un rejet de la proposition principale (« La différence est grande »), qui ravive le rythme de lecture. Pareillement,à chaque articulation entre deux mouvements du texte (vers 15/16 et vers 34/35), on observe des rimes plates – schéma le plus classique – et à deux reprises, celui-ci est enjambé sur un point. Enfin, il est important de noter l’alternance entre alexandrins et octosyllabes. L’écriture en vers libre rend plus souple le texte, et donc plus aisée sa lecture. L’alternance ne suit pas de règle précise,sinon celle de l’esthétique.
Ce rythme léger et vif semble calqué sur le rythme de la « jeune beauté » : elle change de sentiments « du jour au lendemain », et le rythme accéléré du récit est l’écho spéculaire de cette agitation des sentiments.

Ce que nous dit cette fable, en effet, c’est que tout sentiment, même le plus noble, est destiné un jour ou l’autre à disparaître. De ce fait,...
tracking img