Commentaire de la tirade de créon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 5 (1015 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de la tirade de Créon

Introduction :

Jean Anouilh né le 23 juin 1910 et mort le 3 octobre 1987 connait un grand succès lorsqu'il fait jouer sa pièce la plus célèbre, Antigone, à Paris en 1944, où il présente sa vision pessimiste de la condition humaine. La pièce est inspirée de la mythologie grecque et de la pièce de Sophocle. Une jeune fille, Antigone, enfreint la loi enenterrant son frère, alors que cela est formellement interdit. Son oncle Créon, roi de Thèbes va devoir la faire exécuter. Anouilh présente sa conception du pouvoir à travers la tirade de Créon, un apologue a visée argumentative.
Nous verrons dans un premier temps quels sont les objectifs de cette tirade, tout d’abord ceux de Créon puis ceux de l’auteur.

Axe 1 : les objectifs de Créon

1. Etreroi est difficile

Créon cherche à faire « comprendre » le problème à Antigone, il utilise ce verbe au début et à la fin de la tirade montrant qu’il s'adresse à son intelligence et à sa raison dans le but de la convaincre que sa position se justifie pleinement.

Selon Créon, être roi est difficile en période de crise, quand il s'agit de remettre de l'ordre et de faire respecter les lois. Ilfaut que quelqu'un « mène la barque » dans la tempête, pour éviter le naufrage. Cette métaphore assimile le roi au capitaine d'un navire. On remarque un abondant champ lexical du bateau tout le long de sa tirade : « barque », « eau », « gouvernail », « équipage », « cale », « radeau », « mât », « vent », « voiles », « vague », « pont », « barre », « bateau ». Dans sa thèse, Le capitaine est parfoisamené à prendre des mesures délicates, voire inhumaines, et à sanctionner les mutineries, il doit « tirer dans le tas, sur le premier qui s'avance », car l'intérêt collectif passe avant l'intérêt individuel. L’utilisation de « Cela n'a pas de nom » et « la chose qui tombe dans le groupe n'a pas de nom » insiste sur la dureté des sentences que le Roi est obligé de prononcer. Il lui explique que sison attitude persiste, il va devoir faire appliquer pour elle aussi ces punitions sévères et qu’elle non plus n'aura alors « plus de nom ».

2. Antigone doit renoncer

On peut remarquer que Créon fait preuve d’un réel desir de la persuader pour la sauver, car Antigone est sa nièce et il sait que son fils l'aime. Il utilise des phrases exclamatives « Dans le tas ! », des impératifs « essaiede comprendre... ! » des questions oratoires « crois-tu, alors, qu'on a le temps... ? ». Il interpelle violemment Antigone à un moment et « la secoue soudain, hors de lui. » ici, le jeu de scène vient renforcer la violence de ses mots. Il utilise même des jurons et des injures : « bon Dieu», « petite idiote »
Toute la scène qu'il décrit, avec sa métaphore filée, constitue une sorte de fable pourillustrer son argumentation, et il veut en tirer une morale, pour persuader Antigone : il s'agit donc d'une sorte d'apologue, un procédé argumentatif efficace, qui touche le lecteur et le spectateur plus que son interlocutrice.
Créon a donc cherché dans cette tirade à convaincre et persuader Antigone de la normalité de son attitude. Il lui montre avec insistance que face à un acte dedésobéissance comme celui de sa nièce, un dirigeant ne peut que punir impitoyablement car la raison d'état l’exige.

Axe 2 : les objectifs d'Anouilh

La France de 1944

A travers Créon, Anouilh montre ici une image très noire de la France à l’époque ou laquelle sa pièce est jouée.
Les pronoms personnels qu’il utilise pour se désigner lui-même sont variés : « je », puis « on » pendant toute lamétaphore ; « vous », et enfin « tu ». C'est une façon d'interpeller les spectateurs, afin qu'ils puissent s'identifier éventuellement à lui, qu'ils se sentent concernés
Pour décrire la situation, l’auteur utilise l'image du navire dans la tempête qui représente le pays en danger : « Cela prend l'eau de toutes parts », « le gouvernail est là qui ballotte », « et le mât craque, et le vent siffle, et...
tracking img