Commentaire de texte - alain : extrait de minerve, ou de la sagesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1848 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir maison de philosophie n°1

Introduction

Alain, journaliste, professeur et philosophe français du XX°, auteur des célèbres Propos et de Minerve, ou de la sagesse, nous propose ici un extrait de ce dernier texte dont le thème est le rôle du repos. Selon Alain, il est paradoxalement encore plus important et complexe de savoir se reposer que de savoir être attentif. Le texte s’organise entrois paragraphes : le premier annonce et développe la thèse d’Alain, le deuxième continue le développement de la thèse et se lance sur l’inconscient, puis le texte s’achève sur des exemples dans l’art, la physique et le sport avec la fin du deuxième paragraphe et le troisième.
Qu’est-ce que la double aptitude attention/non-attention implique pour la compréhension du monde, et plusparticulièrement, pour notre monde contemporain ? Alain n’exagère-t-il pas lorsqu’il déclare que dormir débarrasse de ses problèmes ?

Première partie : explication

Tout d’abord, Alain commence par annoncer sa thèse dans la première phrase. En effet, si pour lui savoir être attentif est un « grand art », être capable de ne pas l’être est un « art royal », ce qui suppose ce dernier cas plus importantet plus difficile que le précédent. Cela tout en ironisant au passage au sujet des chefs d’Etat semblant hyperactifs qui veulent être constamment en activité. Ainsi, l’homme est « assiégé » par ses sens qui sont les « portes de l’homme », ses liens avec l’extérieur : tant qu’il ne dort pas, ils lui font percevoir des images, des bruits, des odeurs. Selon Alain, il faut éviter de faire « audienceouverte », d’être attentif à tout en continu, de se laisser déborder par ses sens.
Ainsi, pour Alain, choisir de s’endormir est une chose « merveilleuse » : l’homme arrête volontairement d’utiliser ses sens. Il indique la nécessité d’un « courage tranquille », car il faut à la fois avoir la bravoure nécessaire pour accepter cette interruption des perceptions et la sérénité indispensable pourpouvoir s’endormir. Il n’y a plus de stress, de poils hérissés, de nerfs à fleur de peau, « la surface du corps ne se hérisse plus ». L’homme se « confie », il s’abandonne à son environnement. Il s’agit d’une véritable harmonisation, on oublie ses soucis en dormant, d’où le fait que cela soit selon Alain la « substance du bonheur », c'est-à-dire un état de satisfaction parfaite, de contentementdu corps et de l’esprit.
Ensuite, Alain stipule que « qui se prive de sommeil, se prive d’éveil ». En effet, il est non seulement évident que si on ne dort pas, il n’y a pas de réveil qui suit ; mais de plus, si on ne dort pas, on reste fatigué et il devient ardu de réfléchir, de garder son esprit éveillé. En revanche, après avoir dormi, on est en forme, débarrassé, « lavé » de notre fatigue quinous parasite pour penser.
C’est pourquoi par la suite, en accroche du deuxième paragraphe, Alain signale que ce repos, ce renouvellement, ce « retour des nuits » comme étant une grande aide afin de pouvoir rester éveillé et actif le jour. Mais il indique ensuite que continuer à penser même seulement la journée est impossible. Ainsi, un homme sensé doit être capable de prendre des pauses, de« dormir partout » : il y a deux temps séparés, lorsque l’homme pense, travaille et « donne audience », et lorsqu’il dort. Cela permet d’avoir un « court réveil », c'est-à-dire l’éveil rapide et prompt après avoir bien dormi, par opposition au long réveil lorsqu’on est encore fatigué et embrouillé à cause d’un manque de sommeil. Alain évoque alors les avantages et les inconvénients que comporte cetteséparation en deux phases. Certes, on a probablement raté quelques événements pendant que l’on dormait, mais on est reposé, prêt à cogiter. En effet, quel intérêt de tout savoir si on est trop fatigué pour réfléchir lorsqu’il y en a besoin ?
Puis Alain commence à évoquer les facultés méconnues du cerveau, l’inconscient. Il mentionne ceux qui pensent que le cerveau fait un travail de...
tracking img