Commentaire de texte : discours de robespierre à la convention - procès de louis xvi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1298 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte : « le procès de Louis XVI » - discours de Robespierre à la Convention, 3 décembre 1792.

Le 5 novembre 1792, Robespierre a déclaré à l’Assemblée : « Citoyens, voulez-vous d’une révolution sans révolution ? » Par cette phrase notamment, il marque sa volonté d’une rupture totale avec l’Ancien Régime et tout le système monarchique dans son ensemble, à commencer par le roi.Robespierre était un avocat, élu député du Tiers-Etat aux Etats généraux de 1789. Rapidement, il va se distinguer par ses prises de position très à gauche et, pour l’époque, très progressistes : abolition de l’esclavage ou suffrage universel par exemple. Il est également contre la peine de mort.

Pourtant, lorsqu’il prononce son discours du 3 décembre 1792, il affirme clairement que « Louisdoit mourir. » A cette époque, le roi était emprisonné. Depuis la nuit du 10 août 1792, la Révolution s’est renforcée, les gardes Suisses du château des Tuileries sont massacrés, la Commune insurrectionnelle de Paris soutient les Montagnards à l’Assemblée, des massacres ont lieu à Paris en septembre et le 20 novembre 1792, on découvre une armoire de fer dans laquelle se trouvent de nombreuses piècestémoignant des complots royalistes et même Girondins visant à favoriser l’invasion des troupes étrangères !

Dans son discours, quels sont donc les crimes que Robespierre reproche au roi ? Pourquoi Louis XVI « n’est point un accusé » mais « doit mourir » ? « Si Louis peut être présumé innocent, que devient la Révolution ? »

Louis XVI, que ce soit sous la monarchie absolue ou la monarchieconstitutionnelle, restait une autorité dont les pouvoirs causaient beaucoup de victimes (I). En période révolutionnaire, Robespierre ne pouvait pas concevoir le fait que le roi puisse être défendu, voire acquitté (II).

I) Les crimes de Louis XVI :
Les « crimes » que Robespierre reproche au roi datent non seulement de l’époque féodale (A) mais aussi et surtout de la période révolutionnairecommencée en 1789 (B).

A) Les crimes de la monarchie absolue de droit divin :
La monarchie absolue, qu’elle soit celle de Louis XVI ou de ses ancêtres, repose sur une profonde injustice. En effet, alors que le système féodal ne permet matériellement pas de subvenir aux besoins de chaque individu, une toute petite partie de la population bénéficie de nombreux privilèges, qu’ils soient juridiques oufiscaux notamment. De plus, le roi exerce une dictature totale, chacune de ses décisions s’impose au reste de la population. Il est soutenu par l’Eglise et tire sa légitimation du droit divin qui l’aurait placé à ce poste. La moindre résistance est donc sévèrement réprimée et le roi n’hésite pas à faire arrêter ses ennemis dès le moindre soupçon.

De plus, ce système s’essouffle considérablementau XVIIIème siècle. La bourgeoisie se développe mais semble se heurter à un mur : les privilèges.
La France connaît une très grosse crise, les caisses de l’Etat sont vides, la justice est inaccessible, le train de vie des privilégiés n’est pas remis en cause par le roi, les artisans et commerçants sont pourtant accablés par les impôts et les paysans ne s’en sortent pas… Les Parlements commencentà contester le roi et il faut attendre 1788 pour que le roi décide enfin la réunion des Etats généraux en 1789, sentant que la tension monte au sein du pays.

B) Les crimes de « Monsieur véto » :
De 1789 jusqu’à sa mort, Louis XVI verra sa popularité chuter et la haine des députés envers lui grandir. Dès les Etats généraux qui s’ouvrent le 5 mai 1789, les députés du Tiers-Etat (quireprésentent 97% de la population) réclament le vote par tête et non par ordre, ce que le roi ne leur accordera qu’à la fin du mois de juin. Le 9 juillet 1789, l’Assemblée se proclame Assemblée Nationale Constituante. Le 12 juillet, les émeutiers et les troupes royales s’affrontent. Peu à peu, les insurrections se multiplient dans le pays et c’est la « Grande Peur » pour le roi et ses alliés privilégiés....
tracking img