Commentaire de texte: formation de l'esprit scientifique, gaston bachelard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3919 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire d’un texte philosophique

Dans cet extrait de La Formation de l’esprit scientifique, Gaston Bachelard semble nous exposé toute la complexité de réflexion qui est requise lors de l’étude des méthodes scientifiques. En traitant le sujet de la connaissance scientifique et de la part de vérité qu’elle nous apporte, Bachelard nous soulève le problème, par quel moyen la connaissancescientifique peut-elle se construire afin de nous permettre de comprendre le réel ? C’est ainsi que l’auteur semble attester que l’esprit scientifique doit avant tout s’opposer, se heurter aux « connaissances mal faites », c’est en partie par une remise en question que l’esprit scientifique peut évoluer et nous permettre toujours un peu plus de ‘vision’ de la vérité, nous permettre toujours un peu plusde découvrir le réel. Il tente de nous faire comprendre ceci dans un premier temps en nous démontrant en quoi l’expérience scientifique est par définition ce qui remet en question ce qui est admis par l’expérience commune. Pour ensuite, dans un deuxième temps, nous exposer tous les obstacles que la science doit surpasser, tous les obstacles qui découlent inéluctablement de la pensée scientifiqueet qui la freine dans son avancée. C’est dans un troisième temps, que Bachelard nous rapproche la connaissance scientifique à la connaissance du réel pour nous faire comprendre que la vérité peut seulement être accédée si la science peut surmonter ces obstacles.

Bachelard nous ouvre sa réflexion par l’annonce d’une opinion commune, que si l’hypothèse scientifique ne doit que valider l’évidencealors son utilité peut être complètement remise en question. En effet, celle-ci ne peut être développée, nous ne pouvons comprendre tout le réel simplement en énonçant ce qui nous paraît évident, puisque comme précisé ce sont des apparences qui s’opposent au concret de la vérité. L’hypothèse scientifique est avant tout une proposition pour expliquer un phénomène, une part de réalité. Or, cettehypothèse est issue de la réflexion de l’Homme de science qui doit réunir les données mais aussi tenter d’imaginer une explication. Ainsi l’hypothèse scientifique est issue de la réalité, des données recueillis objectivement mais aussi d’une part de subjectivité de son auteur, il choisit, par exemple de sélectionner telle et telle données factuelles pour baser son explication, son hypothèse. Lerésultat est que la majorité des hypothèses scientifiques conjecturées au cours des siècles ce sont révélées être fausses mais elles sont loin d’être « inutiles ». Ainsi, actuellement nous pouvons considérer que l’infime partie des hypothèses établies comme étant ‘vraies’ découlent enfaite de celles qui ne pouvaient être exactes. A partir des erreurs de plusieurs d’entre elles nous pouvons tenter d’enformer une qui les relie toutes et qui pourrait possiblement traduire le réel. L’hypothèse scientifique n’apparait alors pas comme une vérité absolue mais bien au contraire comme une combinaison d’erreurs, de contradictions qui poussent le scientifique à conjecturer de nouveau des hypothèses, à voir toujours plus loin, plus profondément dans le réel. Cependant à chaque nouvelle hypothèse dite‘vérifiée’, nous pouvons tenter de comprendre une toute petite partie du réel, de la vérité.
Or la science n’a pas d’autre outil pour vérifier une hypothèse que l’expérience. L’expérience scientifique s’inscrit dans la méthode scientifique, elle tente de poser des paramètres mesurés et reproductibles par tous. Mais l’expérience est avant tout le passage d’une théorie, d’une hypothèse formulé dansl’esprit des scientifiques à du réel, du concret. Ainsi, le rapport entre la nouvelle hypothèse scientifique et toutes celles déjà formées et considérés comme ‘vraies’ est analogue au rapport entre l’expérience scientifique qui tente de vérifier l’explication d’un phénomène et « qui contredit  l’expérience commune », qui s’oppose à l’idée généralement admise comme vraie. L’auteur nous pose cette...
tracking img