Commentaire de texte hobbes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1162 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Souligner l’importance du désir dans l’existence humaine n’a plus rien de surprenant depuis la mise au point des théories freudiennes. Mais pour Hobbes, le désir est lié étroitement à la recherche de ce qu’il nomme la « félicité », c’est-à-dire le bonheur. Comment, toutefois, assurer la constance de ce dernier, alors même que le désir semble animé d’un dynamisme permanent, qui l’amène à changerinlassablement d’objet? Plus radicalement, Hobbes repère dans cet extrait, la présence première dans tout individu, d’un « désir de pouvoir » qui doit sans cesse garantir le maintien de la satisfaction, acquise contre ce qui risque de la faire diminuer. Ce texte se compose de trois moments. Le premier parlant de la félicité et du désir, le second, du dynamisme du désir, et le troisième,l’acquisition pouvoir après pouvoir.

Qu’est-ce qu’un homme malheureux? Hobbes en indique deux repérages dès le début de cet extrait: est malheureux celui dont les désirs n’existent plus ( parce qu’ils ont « atteint leur terme: soit qu’ils se trouvent tous comblé; soit ce qui semble plus vraisemblables, que la faculté même de désirer à disparu), aussi bien que celui qui ne peut plus bénéficier de« sensations » ou d’ »imaginations ». Cette proximité dans le malheur suggère une relation entre désir, sensation et imagination, qui le relance et lui redonne son entrain.
L’homme passe en effet sans cesse d’un désir à l’autre: l’objet obtenu ne vaut que comme invitation à en conquérir un autre, comme début de « la route qui mène au second ». Ainsi, la satisfaction du désir appelle son propre dépassementdans une quête postérieure. C’est parce-que, affirme Hobbes, le but véritable du désir n’est pas la seule jouissance, dans la mesure où elle est forcément temporaire et donc finalement insatisfaisante, mais bien plutôt la possibilité de dessiner à l’avance « la route de son désir futur ».
De ce point de vue, le bonheur n’est pas à concevoir comme étant un état durable, comme le fait des’installer durablement dans une situation ressentie comme satisfaisante. Il est au contraire à penser comme dynamisme, « marche en avant du désir », mouvement permanent de quête: la satisfaction provient de cette quête elle-même, davantage que de son aboutissement.

Il convient en conséquence d’établir une différence entre se procurer et s’assurer une vie satisfaite. « Se procurer » désigne icil’obtention de satisfactions renvoyant à un désir antérieur qui se trouve ainsi comblé. Mais, puisque le désir lui-même renaît immédiatement au-delà de sa première visée, la vie redevient aussitôt insatisfaisante, dès lors que s’y ouvre la possibilité d’une nouvelle brèche. C’est pourquoi « s’assurer » une vie satisfaite implique que l’on se préoccupe d’un désir toujours renaissant, et donc, toujours nouveau,qui demande toujours davantage ou autrement. On doit alors admette qu’il n’y a de satisfaction réelle qu’à la condition de pouvoir garantir que l’on aura les moyens de satisfaire le désir prochain. Le bonheur est ainsi moins un acquis qu’une conquête permanente, l’élaboration progressive de situations nous apportant toujours davantage , pour répondre au mouvement du désir passant d’un objet ausuivant.
Si l’on suit Hobbes dans son analyse, cette « course en avant » est indiquée par l’ensemble des « actions volontaires » et des « inclinaisons » de tous les hommes: c’est aussi bien l’exercice de la volonté que l’affectivité qui sont ainsi en jeu, et cherchent à assurer au sujet la possibilité d’une satisfaction en une sens programmable - ou au moins prévisible- comme au-delà du plaisirdéjà acquis.
Une telle recherche de tous ne signifie cependant pas que tous les individus sont semblablement orientés vers les même buts. Encore faut-il faire intervenir la diversité, ou même l’hétérogénéité, des voies empruntées pour arriver à cette félicité toujours inquiète et par principe inachevable. Les passions auxquelles les hommes obéissent peuvent différer, tout comme leur...
tracking img