Commentaire de texte jean-jacques rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1088 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, pp 87-88 Au moment où aborde question de l'amour, JJR vient de montrer qu'H ds état de N n'est ni bon ni mauvais mais animé par l'amour propre, c .à. d. instinct de sa propre conservation lui mm modéré par un autre sentiment qui fait office de loi ds état de N : la pitié.
Or, pste (qq lignesav passage) le sentiment amoureux comme « une passion terrible », « une rage effrenée et brutale » >> Ce qui a brisé l'équilibre de l'état de N ?
JJR se livre donc à une dissectiondu sentiment amoureux : il s'agit en fait de dtrminer ce qui ds ce sentiment relève de l'authenticité nat et ce qui relève de la facticité et de la perversion de l'état civil.
Pb : En quoi JJR opère-t-il unrenversemnt des vals ds le sentiment amoureux ?
En quoi va-t-il mm jusqu'à refuser à l'amour sa val propre, tt cela en se conformant à une rigueur argumentative constante ?
3 mvts peuvent être distingués, qui correspdent au découpage en § de JJR.
I)
1er geste : JJR donne une déf de l'amour en distinguant (démarche argumentative, voire pédago) physique/moral.
D'emblée, décalage rhétorique:
physique : 2 membres ds déf - « désir gl »
-« qui porte... »
moral : - « ce qui dtrmine » (pas d'identification précise, on se trouve avant le désir)
« du moins » : modalisation, finalemnt JJR ne donne mm pas au moral l'importance de la dtrmination du désir, seulemnt source d'énergie pr un objet préféré (fixé, lui, par le moral)
Tt le § : explicitation (intro par conjonction « or» : posture de JJR) de ce moral et en quoi il est artificiel. Renversemnt d'idée reçue/acquis culturel selon lequel moral > physique.
Tjs inscription ds cadre discursif fort, visible, celui de la déf.
Moral de l'amour est dc « sentiment factice, né de l'usage de la scté » : pas de légitmité en termes d'authenticité.Ds cadre de la critique, déf plus précise que pcédemmnt.
Intro motifféminin : montrer aspect contre-N de l'état civil
JJR « inégalité nat entre hommes et femmes ». Or femme dstinée à « obéir » a renversé cette inégalité en utilisant prodt social qu'est moral de l'amour pr « établir empire » : n'existe bien sûr pas ds état de N, domination absolue de l'un s/ l'autre.
Rq : -on voit bien ici que passage état de N à état civil ne s'est pas fait en une rupture nettemais ds un lg pcessus.
encore ici, JJR met en évidence articulations, ordre : 1 : naissance du moral ds amour 2: utilisation
Phrase suivante concentre en quelque sorte tte la dmo. En 3 mvts.
1 : Présupposé : déf du moral ds amour précisée. Question des fdmts, plutôt vagues « certaines notions du mérite ou de la beauté ».
Moral discrédité, fdé pcisémnt s/ des abstractions dt onne peut avoir que des notions. Rien de moins relatif, dc accessoire // physique : clairemnt identifié et partagé par ts.
Or, « sauvage n'est pt en état » de faire comparaisons qui découlent de ces « notions », elles n'existent en effet pas ds état de N puisque ce st des critères dt il n'a pas besoin.
2 : « car »
lien esprit/coeur cz sauvage consiste en équivalence ignorance/abs desentiment d'admiration et d'amour, eux {text:soft-page-break} aussi prodts sociaux.
« mm sans qu'on s'en aperçoive » : JJR s'adresse à H civil, dstabiliser acquis culturel.
3 : Ccl en forme de pointe.
« écoute » : voix de N en lui.
« et tte femme est bonne pr lui » : hyperbate. Prépondérance du physique.
§ qui suivent = dvpmt de ce qui est contenu ds cette phrase centrale.
II)Reprise idée de l'ignorance, /s forme de loi scq : -présupposé
-énonciation de la loi
Mais élève celle-ci à forme d'idéal de paix qui devient un motif important jusqu'à la fin du passage.
« préférences » liées au moral de l'amour « irritent et augmentent les les difficultés » .
2nde phrase, 2ème § annoce ccl du 3ème §.
reprise de ce qui a été dit av.
Mais en + fte dimension...
tracking img