Commentaire de texte malebranche sur le libre arbitre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1176 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet extrait, tiré de l’ouvrage De la recherche de la vérité, a été écrit par Nicolas Malebranche entre 1674 et 1675, un philosophe considéré comme cartésien. Le thème central de cet extrait est la liberté et en particulier le libre arbitre. Malebranche défend dans cet extrait la thèse selon laquelle nos actes sont toujours provoqués par des motifs physiques –motifs qui agissent sur la volonté –et que notre libre arbitre s’exerce dans la limite du consentement ou non à ces motifs. Dans une première partie nous effectuerons une analyse linéaire du texte en trois étapes, et dans la seconde une critique de la thèse de l’auteur en 4 remarques. On peut en outre poser le problème suivant : Notre liberté dépend elle des motifs qui nous font agir et dans quelle limite s’exerce alors notre librearbitre ?

Dans la première phrase de son texte, Malebranche se défend d’une interprétation erronée ou tout simplement mauvaise de ce qu’il a dit ou dut dire précédemment. Il se défend prétendre que nous ayons le sentiment de prendre une décision ou de vouloir quelques chose sans aucun motifs ou causes, physiques. Autrement dit être la seule et unique cause de notre action, jouir d’un librearbitre total. Libre arbitre total qui est peut être d’ailleurs synonyme de l’indifférence pure de l’auteur : la possibilité de choisir sans choix préalable l’une des solutions et donc de mener à des actes hasardeux qui plus est sans motifs préalables. En d’autres termes, un libre arbitre total et sans limites pourrait renfermer pour Malebranche une contradiction.
Ensuite, l’auteur explique queselon lui, il n’y a pas d’actes sans motifs, il faut « sentir » avant de « consentir » pour faire un choix même libre, je me doit de choisir un motif et pas les autres. Il y a forcément un choix avec un motif qui doit être effectué. Pour choisir et donc exercer ma liberté il me faut un motif, et pour toute action même mineure, il y a un motif même inconscient. Il y a donc forcément consentement auxmotifs puisque l’on ne peut consentir à rien. Enfin l’auteur remarque que souvent nous ne pensons pas aux motifs qui nous font agir surtout dans les actes qui ne font pas de conséquences, l’auteur veut introduire ici la notion de réflexe : on n’y pense pas, c’est « naturel » on ne « s’en fait pas réflexion », le motif est tellement commun que l’on n’y pense plus.
Dans le passage suivant,Malebranche explique que les personnes qui se sont « examinés » et qui ont donc effectués un retour sur ces motifs ou causes qui nous ont fait agir. Ces personnes seraient donc prédestinées par les motifs et les actions elles-mêmes seraient prédéterminées, ces personnes seraient donc enclines au déterminisme. Cependant ils ont consentis à ces motifs, les ont choisis librement, la conscience qu’on prend desmotifs de l’action implique un consentement pour les actions futures. Enfin au moment où ils ont céder au motif, ils ont exercés leur libre-arbitre en consentant ou non au motif, et ils avaient conscience de ce pouvoir de consentir ou non. C’est donc ce sentiment qu’évoque Malebranche dans sa première phrase, le sentiment intérieur de notre liberté n’est pas l’indifférence pure, mais le pouvoir decomprendre les motifs physiques que nous rencontrons et d’exercer notre libre arbitre en consentant ou non à ces motifs, en faisant un choix.

L’intérêt philosophique de ce texte est de montrer que l’on ne peut exercer sa liberté en restant indifférent, on doit cependant consentir des motifs. Malebranche essaye alors de nous expliquer qu’en choisissant de rester indifférent, cette fameuse« indifférence pure », cela ne mène à rien. En effet si l’indifférence est comme le sous-entend l’auteur le fait d’ignorer les motifs qui viennent à nous, alors c’est une forme de non-choix. Cependant on peut avancer que le fait de ne pas choisir est aussi une liberté, car si je dois effectuer deux qui me révulse comme tué ou être tué par exemple, je suis dans l’incapacité de choisir entre ces...
tracking img