Commentaire de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1504 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte

Introduction :

Le roman d’Honoré de Balzac, Le Père Goriot publié en 1835, fait parti d’un des mouvements littéraires du XIX ème siècle, appelé le réalisme.
Nous pouvons étudié au début de l’œuvre un extrait qui décrit deux pièces de la maison Vauquer, le salon et la salle à manger, où leur description minutieuse et quelque peu intensive crée ce côté très« sincère » de l’œuvre.
C’est d’abord par le souci d’une description fidèle que l’auteur va produire cet effet très réaliste, où toute une méthode est mis en place pour respecter cette « mission ».
En plus de cela, on peut constater une forte présence du narrateur par quelques opinions donné par celui-ci ou par interpellations du lecteur.
C’est donc cet intérêt de la description qui en fait un œuvretrès réaliste.

Conclusion :

On peut donc conclure que pour représenter la réalité, la description loyal de ce qui nous entoure est une nécessité pour en faire un œuvre réaliste. C’est via quelques méthodes littéraires, stylistiques que cette tendance du XIXème siècle va décrire la vie quotidienne.

Les Axe :

1°) Une description réaliste

Dans cet extrait, Balzac appuie beaucoupsur la description du salon et de la salle à manger. La spécificité du salon est, selon le narrateur, son odeur. La salle à manger, elle, est présenter comme étant beaucoup plus pire.
La description suit un ordre logique qui coïncide avec le déplacement du narrateur, qui va de la périphérie au centre de la pièce.
Pour intéresser le lecteur et pour se rapprocher de lui, la description se faitau présent.
Pour le narrateur, l’odeur du salon n’a pas de nom pour le désigner mais il lui faut cependant en trouver un. Ainsi, la première pièce est qualifier d’ « odeur de pension » (L.3), cité en italique et présenté comme un nouveau mot dans la langue. D’où la référence au néologisme.
Dans un même phrase, cette odeur est constitué de quatre compositions :
Premièrement, les troiscompléments du verbe sentir sont tous péjoratifs (L. 3-4 : « elle sent le renfermé, le moisi, le rance ») et le jeu avec le sons ren- de renfermé et le ran- de rance relie les trois noms par l’écho sonore.
Vient ensuite la présence de deux verbes d’actions (L.4-5 : « elle donne froid », « elle pénètre les vêtements »), puis le passage de la description par l’odeur au goût ( L.5-6 : « elle a le goût d’unesalle où l’on a dîné ») qui donne beaucoup de réalisme puisque l’odeur est un sens intime et le faire passer au goût apporte encore plus de proximité. D’où cette sensation d’envahissement. De plus cette accroissement du verbe « sentir » (L.3) au verbe « puer » (L.6) illustre bien cette perception par le lecteur.
Enfin, l’anaphore avec « elle », dont commence toutes les propositions, crée unrythme ternaire (L.3-4 : « elle sent le renfermé, le moisi, le rance » / L4-5 : « elle donne froid, elle est humide au nez, elle pénètre les vêtements ») et les échos sonores en -ice dans la dernière proposition rappelle ce côté omniprésent et excessive de l’odeur.
De cette façon, le narrateur tente de respecter rigoureusement la précision en s’inspirant de méthodes scientifiques, notamment par sonvocabulaire chimique et médicale. Seul moyen selon lui pour décrire cette odeur.

Dans la comparaison entre le salon et la salle à manger, Balzac donne encore plus une impression très déplaisante de cette dernière.
A côté de la salle à manger, le salon apparaît comme « élégant et parfumé » (L.15), ce qui est bien entendu absurde.
La description, ici, insiste sur l’occupation totale del’espace donnant ainsi une sensation désagréable et d’enfermement puisque même les angles sont occupés. L’amoncellement d’objet hétéroclites et l’énumération de meubles montre le renoncement à trouver une organisation.
Les particularités des meubles et de la pièce sont toutes péjoratifs : le narrateur insiste sur l’usure (L.17 : « Jadis peinte »  / L.17 : « couleur indistincte aujourd’hui » ),...
tracking img