Commentaire de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro- éventuellement phrase d’accroche sur la poésie engagée.-Poète du quotidien, Prévert chante la ville des pauvres, des chômeurs, de ceux « qui n’ont jamais vu lamer » dans son recueil Paroles (1949). C’est précisément par amour de la transparence qu’il a délaissé le surréalisme au profit d’une poésie plus fluide, simple ettransparente au lexique simple et svt déponctuée, plus apte à faire entendre sa parole. Une bonne formule : il déteste ceux qui « andromaquent » (néologisme paisant, jetrouve, pour désigner les pédants).LECTURE-reprise de la question posée par l’examinateur imaginaire : en quoi ce poème est-il engagé ?Annonce du plan :1. le parti despauvres2. une simplicité stylistique au service d’une dénonciation intemporelle de la misèreI. Prévert, poète des pauvres gensA. Une structure implacable : du café crème aucafé crime.poème engagé par son sujet et sa structure : le quot d’un pvre homme mené au crime par la faim à mesure que le poème avance.On suit le perso ppal : SDF sansargent, humilié, qui perd sa dignité et jusqu’à son identitéLes reprises nominales et pronominales traduisent cette perte d’identité et l’avènement implacable du meurtrierprésenté comme une csq logique (engagement du poète, idée subversive) : l’homme qui a faim> il>le vagabond>l’assassin car la faim dev son unique tourment. Le poèterend sensible le malaise et l’engrenage qui mène au crime. Raccourci du café crème au café crime par paronomaseB. Registres pathétique et satirique au service de ladénonciation- pathétique : l’expressivité du poème rendant le vertige de la faim. Vertige verbal « trois jours sans manger ». obsession maniaque pour le compte de l’argent
tracking img