Commentaire de l'aventure ambigue d'hamidou kane

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (770 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Hamidou Kane est un écrivain sénégalais du 20ème siècle. Cheik Hamidou Kane est avant tout l’auteur du roman « L’aventure Ambiguë » écrit en 1961. « L’aventure ambiguë » raconte l’aventurespirituelle de Samnba Diallo, un petit garçon étant allé à l’école africaine puis ayant découvert l’école occidentale. Cet extrait de ce roman de Hamidou Kane raconte la première arrivée d’un africain dans unegrande ville européenne. Cet africain, aussi appelé le « Fou » est angoissé à la vue d’un monde complètement inconnu à ses yeux. Il s’est donc assis sur sa valise et observe cette ville agitée ettellement différente de ce qu’il connait. Dans un premier temps, nous étudierons le regard étranger que cet africain porte su ce paysage, ensuite, dans un deuxième temps, nous analyserons la visionscritique qui évoquera un monde déshumanisé.


De prime abord, le narrateur exprime un regard étranger sur cette ville encore jamais visitée. Il décrit les actionsd’un homme passant à coté de lui, en effet, l’africain décrit : « Un homme, passant à coté de moi voulut s’arrêter. » (ligne 1), cette focalisation interne lui permet d’analyser les actions de cetétranger. Ensuite, l’africain fait référence à son pays d’origine pour comparer ce monde inconnu par rapport au monde qu’il a toujours fréquenté : « Sur l’asphalte dur, mon oreille exacerbée, mes yeux avidesguettèrent, vainement, le tendre surgissement d’un pied nu. » (ligne 9), le narrateur cherche un repaire ; il essaie de trouver quelque chose de semblable à son pays et à sa culture mais à la placedes pieds nus s’agitant sur le sol, il vit un « millier de coques dures » (ligne 11). L’énonciateur fait une métaphore entre les coques dures et les chaussures ce qui prouve son ignorance en vers cepays étranger. Le narrateur exprime un manque par rapport à ses habitudes car il dit étonné : « Depuis que j’avais débarqué, je n’avais pas vu un seul pied. » (ligne 14), mais, ce garçon est aussi...
tracking img