Commentaire de l'incipit de "en attendant godot"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1740 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire :
Pièce en deux actes et en prose de Samuel Beckett (Irlande, 1906-1989), publiée à Paris aux Éditions de Minuit en 1952, et créée dans une mise en scène de Roger Blin à Paris au théâtre Babylone en 1953, En attendant Godot présente deux clochards, Vladimir et Estragon, qui attendent, dans un paysage très dépouillé, un troisième personnage : Godot. Ils ne sont pas du tout sûrsqu’il viendra et ne savent même pas exactement qui il est ni ce qu’ils souhaitent obtenir de lui. Cependant, pour patienter jusqu’au moment de son arrivée, ils engagent une conversation à bâtons rompus où se succèdent plaintes, évocations de vagues souvenirs, petites chamailleries suivies de réconciliations et diverses interrogations. Nous sommes ici au tout début de la pièce, et le rideau se lève surune route à la campagne, où Estragon tente vainement d’enlever sa chaussure. Vladimir le rejoint très vite.
Cette pièce qui fut jouée depuis sa création sur de nombreuses scènes du monde entier a donné lieu à une multitude d’interprétations: elle doit sans aucun doute cette efflorescence à sa structure d’œuvre «ouverte», c’est-à-dire conçue comme un moule où les significations les plus diversespeuvent se trouver légitimées. Mais en même temps elle résiste admirablement — et c’est en partie la façon dont elle exhibe la dérision qui lui donne cette force — à toute explication définitive. Elle tire probablement son intensité de conviction du thème universel qui la parcourt, qui la hante d’un bout à l’autre: celui, bien entendu, de l’attente. Mais cette attente présente ici la particularitéde ne pas être caractérisée, de ne pas tendre à un objectif précis: obscur appel, convocation imprécise, promesse incertaine… Quelle scène d’exposition se construit ici ?
Nous verrons, dans une première partie, le caractère particulier de cette scène d’exposition ; puis, dans une seconde partie, le thème de l’attente qui structure ce passage ; enfin, dans une dernière partie, le travail de lathéâtralité de Beckett qui ouvre une nouvelle voie au théâtre.
I Une scène d’exposition ?
A/ Des personnages occupés chacun de leur côté
On étudiera ici ce que fait chaque personnage : Estragon est tout au long du texte occupé à retirer sa chaussure, et plusieurs remarques du personnage le rappelle sur des tons sans cesse nouveaux. Vladimir s’occupe lui de son chapeau à la fin de cet extrait.Voir en quoi la chaussure et le chapeau se répondent sur la scène (bas / haut), et comment chacun focalise l’attention de son propriétaire. Qu’est-ce que ceci nous dit des personnages (sachant qu’une scène d’exposition a pour rôle de présenter les personnages) ?
B/ Un dialogue décousu
On portera l’étude ici sur le dialogue lui-même. Qu’est-ce que les personnages disent ? Il faudra surtoutmontrer qu’ils ne se parlent pas : on constate que l’échange entre les deux personnages ne fonctionne pas parfaitement et qu’il arrive souvent que l’un ne réponde pas à l’autre. Les informations données aux questions posées sont lacunaires et insignifiantes, en tout cas pour le spectateur. Exemple : « Un fossé ? où ça ? » / « Par là. ». Ce dialogue ne nous dit rien, et ne sert au sens propre à rien.Voir les nombreuses aposiopèses (moments de suspension du discours : les points de suspension), les didascalies indiquant des silences…
C/ « Rien à voir »
Cette dernière expression d’Estragon nous renseigne sur la façon dont on doit lire cette scène d’exposition. On n’expose rien ici car il n’y a « rien à voir ». Voir en quoi cela perturbe la position du spectateur. Voir le décor dépouillé,insignifiant, le caractère trivial de leurs actions sur scènes et de leurs paroles. Y a-t-il seulement un intérêt pour le lecteur d’assister à cela ? C’est peut-être comme cela qu’il faut lire cette dernière remarque d’Estragon. Qu’y aurait-il à voir de toute façon dans le chapeau et dans la chaussure ? une belle pièce de théâtre ?
Cette scène d’exposition n’en est donc pas une : c’est...
tracking img