Commentaire de l'incipit d'eldorado de laurent gaudé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1375 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE DE L’INCIPIT D’ELDORADO de Laurent Gaudé

Le texte que nous allons étudier est l’incipit du roman « Eldorado » de Laurent Gaudé, publié en 2006 aux éditions Actes Sud, qui évoque la question de l’immigration clandestine en provenance d’Afrique du Nord vers l’île de Lampedusa. L’incipit met en scène l’un des personnages principaux, le commandant Salvatore Piracci. Garde-côte basé àCatane, il déambule dans les ruelles animées de sa cité un jour de marché et rencontre par hasard une femme qu’il a sauvée deux ans auparavant avec une centaine d’autres clandestins abandonnés en mer par des passeurs aux motivations mercantiles.
Dans un premier temps, nous allons montrer comment la mer, omniprésente en ce début de roman, offre un visage double qui annonce le destin des différentspersonnages du récit. Dans une seconde partie, nous étudierons la façon dont est réalisé le portrait du personnage principal, seul et mûr pour affronter sa destinée. Dans un dernier temps, nous montrerons que cet incipit renferme une dimension spirituelle qui mêle figures mythologiques et références chrétiennes, toutes annonciatrices d’un destin comme d’une rédemption.

Dès le début du roman, lamer est personnifiée, présentée comme une femme nourricière au ventre fécond : « En ce jour, encore, la mer avait donné. Il serait peut-être un temps où elle refuserait d’ouvrir son ventre aux pêcheurs. » Elle semble douée d’une volonté propre, qui choisit de nourrir ou d’affamer les hommes à sa guise : « La mer, un jour, les affamerait peut-être. » La mer se présente comme une entité double,toute-puissante : elle est une divinité ombrageuse qu’il faut honorer et respecter, sinon son courroux s’abattra sur les hommes qui dépendent d’elle : « « Mais il ne fallait pas risquer de mécontenter la mer en méprisant ses cadeaux. » ; « Tant qu’elle offrait, il fallait honorer ses cadeaux. ».

Les présents offerts par la mer toute puissante ne sont pas perçus de la même façon par tous lespersonnages mis en scène dans cet incipit. Ainsi, pour les habitants de Catane, pêcheurs, vendeurs, ménagères ou jeunes en quête de distractions, les poissons exposés sont synonymes d’abondance : ce sont des cadeaux, ils sont comparés à des trophées précieux : « Les thons et les espadons étaient exposés comme des trophées précieux. » A la thématique méliorative de l’offrande précieuse que constitue lepoisson pour le commun se mêle d’emblée, d’une manière contrastée, une image plus inquiétante des « entrailles de la mer ». Ainsi, la première phrase du texte évoque de façon triviale et péjorative la « poiscaille » impudiquement étalée, tandis que dans la deuxième phrase, la réalité des corps morts des poissons s’impose au lecteur : « Sur les étals serrés du marché, des centaines de poissonsmorts faisaient briller le soleil de midi. », faisant écho à l’apposition « yeux morts et ventre ouvert » du deuxième paragraphe.

C’est que le regard du personnage Salvatore Piracci n’est pas le même que celui de la foule qui l’entoure. Il en suit le mouvement (« en se laissant porter par le mouvement de la foule ») mais se démarque par sa perception : « ce qui, pour tout autre personne, était uneprofusion joyeuse de nourriture lui semblait, à lui, une macabre exposition. » La répétition du pronom « lui » accentue le contraste qui oppose le commandant à la foule insouciante : le lecteur découvre un personnage seul, en rupture, un peu perdu, qui se laisse porter sans partager les valeurs des gens qui l’entourent. Cette opposition annonce de façon subtile la suite du roman : Piracci va seposer la question du sens de son action, plus avant du sens de sa propre vie, et va décider de « nager à contre-courant », abandonnant sa carrière, sa ville puis finalement la vie elle-même, ayant trouvé sa vérité au moment même où il décide de mourir. De même, l’image double de la mer, à la fois nourricière et mortelle, généreuse et ombrageuse, annonce ce qu’elle peut représenter pour les...
tracking img