Commentaire « des cannibales », montaigne (1580)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1525 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire « Des Cannibales », Montaigne (1580)

Objet d’étude : Convaincre, Persuader, Délibérer

Séquence : Le mythe du bon sauvage au 18ème siècle

Extrait de : Essais

Catégorie : Essai, réflexion personnelle

Courant littéraire : Humanisme

Situation : Livre I, chapitre 31 (orthographe modernisée)

Texte :

(a)Or je trouve, pour revenir à mon propos, qu'il n'y arien de barbare et de sauvage en cette nation, à ce qu'on m'en a rapporté ; sinon que chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage ; comme de vrai, il semble que nous n'avons autre mire[?] de la vérité et de la raison que l'exemple et l'idée des opinions et usances du pays où nous sommes. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite police[?], parfait et accompli usage de toutes choses.Ils sont sauvages, de même que nous appelons sauvages les fruits que nature, de soi et de son progrès ordinaire, a produits là où, à la vérité, ce sont ceux que nous avons altérés par notre artifice[?] et détournés de l'ordre commun, que nous devrions appeler plutôt sauvages. En ceux-là sont vives et vigoureuses les vraies et plus utiles et naturelles vertus et propriétés, lesquelles nous avonsabâtardies en ceux-cy, et les avons seulement accommodées au plaisir de notre goût corrompu. (c) Et si pourtant[?], la saveur même et délicatesse se trouve à notre goût excellente, à l'envi des nôtres[?], en divers fruits de ces contrées-là sans culture. (a) Ce n'est pas raison que l'art gagne le point d'honneur sur notre grande et puissante mère Nature. Nous avons tant rechargé la beauté etrichesse de ses ouvrages par nos inventions, que nous l'avons du tout étouffée. Si est-ce que[?], partout où sa pureté reluit, elle fait merveilleuse honte à nos vaines et frivoles entreprises,

(b) Et veniunt ederae sponte sua melius,
Surgit et in solis formosior arbutus antris,
Et volucres nulla dulcius arte canunt[?].

(a) Tous nos efforts ne peuventseulement arriver à représenter le nid du moindre oiselet, sa contexture, sa beauté et l'utilité de son usage, non pas[?] la tissure de la chétive araignée. (c) Toutes choses, dit Platon, sont produites par la nature, ou par la fortune, ou par l'art; les plus grandes et les plus belles, par l'une ou l'autre des deux premières; les moindres et imparfaites, par la dernière.

Montaigne, Essais, I,31 (orthographe modernisée)

[?] Point de mire, critère
[?] Forme de gouvernement
[?] Art, technique
[?] « Si » qui a déjà le sens de « pourtant » ne fait donc que renforcer « pourtant »
[?] Elles peuvent concurrencer les nôtres
[?] Pourtant.
[?] « Le lierre vient mieux quand il vient de lui-même / L'arbouse croît plus belle aux antres solitaires / Et les oiseaux sans art n'en ont qu'unchant plus doux » (Properce).
[?] Et ne peuvent pas non plus.

Plan détaillé :

Mise au point linguistique

1) « Le pays où nous sommes »
2) Les sauvages

Les cannibales et les Européens

1) La vivacité de la nature
2) Corruption de l’artifice
3) La nature, art suprême

Biographie de Montaigne

Montaigne est un philosophe et écrivain humaniste du 16ème siècle. Il faitpartie de l’aristocratie bordelaise et devient magistrat mais est en conflit avec la magistrature et n’aime pas la cour. Il se consacre exclusivement à son unique œuvre : les Essais : c’est une sorte d’autoportrait où il varie ses réflexions. On l’appelait le « Socrate français » car Socrate disait « Connaît-toi toi même » et Montaigne le prend pour référence. Il est « honnête homme »Commentaire détaillé :

Introduction

Ce texte intitulé « Des cannibales » est un extrait du chapitre 31, du Livre I des Essais, ouvrage que le philosophe et écrivain humaniste Montaigne fait paraître e 1580 : du fait de la découverte du « Nouveau monde », les « sauvages » sont au centre des discussions à la fin du 16ème siècle. Montaigne développe ici l’idée de la relativité des coutumes et amorce...
tracking img