Commentaire des "spleen"de baudelaire et laforgue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (685 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE COMPARE DES DEUX » SPLEEN » de BAUDELAIRE et de LAFORGUE

INTRODUCTION:Dans « Spleen 4 »,Baudelaire donne de son » mal » une image résolument noire,voire pathologique.Le Spleen adéfinitivement vaincu l’Idéal.Vingt ans plus tard,Jules Laforgue reprend le titre et le thème baudelairiens pour parler de son « ennui » de façon apparemment moins dramatique.
Mais nous allons voir que cen’est qu’une apparence purement formelle,comme pour mieux nous dire sa souffrance et son scepticisme.
Ainsi,dans un premier temps,nous montrerons qu’un même paysage habite les deux poètes.Puis nousverrons que l’expression formelle de ce spleen diffère cependant nettement.Enfin,malgré ces différences,nous constaterons que les deux poèmes traduisent un même désarroi,une même angoisse fa ce à lavie et à la création poétique.

1ère PARTIE:un même paysage du spleen (2 sous-parties)

a)paysage « extérieur »:même pluie et grisaille.

Par ex.,chez Baud.:ciel bas-jour noir…cachot humide-quandla pluie…-
Chez Laf. :ciel gris-brume de suie-éternelle pluie-flaques d’eau-l’averse toujours

b)paysage »intérieur »:
Même ennui:chez Baud.:longs ennuis chez Laf.:tout m’ennuie-jem’ennuie encor
Même dégoût de la vie: Chez Baud.:esprit gémissant-l’Espoir vaincu pleure-cerveaux pris dans des « filets » Chez Laf. :je regarde sans voir-rien ne me passionne
Même angoisse: chezBaud. :Angoisse atroce,despotique .
Chez Laf. :je ne puis dormir

2e PARTIE:une « mise en vers »différente du spleen (2 sous-parties).
Certes les deux auteurs ont optépour une forme poétique classique:l’alexandrin-le quatrain pour Baudelaire,et le sonnet pour Laforgue.
Mais la similitude formelle s’arrête là.

a)Les images baudelairiennes sont fortes etconstantes,soit comparaisons,soit métaphores macabres,qui font de ce spleen une angoisse oppressante et destructrice.
A l’opposé,Laforgue propose une vision plus simple,plus directe de son « mal »,qui...
tracking img