Commentaire discours de bayeux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (566 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce document propose un commentaire de variante d'un extrait du discours de bayeux prononcé par charles de gaulle le 16 juin 1946. cette autopsie fait ressortir le rejet des thérapeutique plus ancienet la mise en place des premiers détail auteur de la future Ve République : bicaméralisme, exécutif fort, constance de l'etat

[...] Quoi et que donc ont fini chez nous la ière, la IIe, la IIIeRépubliques ? Comment et pourquoi donc la démocratie italienne, la Chose Publique allemande de weimar, la République espagnole, firent-elles arrangement aux conduite que l'on sait ? Et pourtant, qu'est ladictature, sinon une grande amour ? Sans doute, ses ébauche avoir l'aspect avantageux. Au milieu de l'enthousiasme des uns et de la résignation des autres, dans la rigueur de l'ordre qu'elle impose, àla faveur d'un décor éclatant et d'une propagande à sens unique, elle prend d'abord un tour de dynamisme qui fait contraste avec l'anarchie qui l'avait précédée. [...]

[...] cette chambre seconcrétisera sous la forme du sénat sous la Ve république. ✓ ainsi, fidèle au principe de séparation des pouvoirs, de gaulle maintient contre les partisans d’une chambre unique et souveraine, le principe dubicaméralisme. Cela dans le but de faire « entendre au-dedans même de l’état, la voix des grandes activités du pays » par le biais d’une deuxième chambre élue de manière différente de la première etqui servirait en quelques sortes de contrepoids. ✓ l’article 24, présent dans titre IV relatif au parlement, de la constitution de la Ve république définit ainsi les deux assemblées de manièreidentique à ce que décrit de gaulle dans le discours de bayeux. [...]

[...] Ce régime est donc considéré comme responsable de la défaite. ✓ Le salut de la nation est venu d’une élite patriotique, « au-dessus de toute préoccupation de parti ou de classe » (l.22) et dotée d’une « supériorité morale » (l.25), qui a permis la libération et la rénovation du pays. Face à une IIIe république faible...
tracking img