Commentaire discours de jules grevy devant le senat le 6 fevrier 1879

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1619 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : commentaire du message au sénat du Président de la République de Jules Grévy. (6 février 1879)

Introduction

La troisième République débute en 1870. La défaite de Sedan et la capture de l’empereur Napoléon III en sera l’élément déclencheur et elle sera proclamée le 4 septembre au balcon de l’hôtel de Ville.
Il s’agit alors de savoir quel régime politique il convientd’instaurer. Néanmoins suite à la défaite militaire laissant à la France la pénibilité de payer un lourd tribu notamment la perte de l’Alsace et la Lorraine, l’humiliation d’un défilé allemand sur les Champs Elysées, et une indemnité de guerre importante, les monarchistes ne s’attèlent pas à provoquer un retour à la monarchie et préfère laisser aux Républicains la tache ingrate d’assumer la défaite.Les monarchistes conservent Adolphe Thiers au pouvoir le temps de solder les conséquences de la guerre tout en préparant le retour de leurs prétendants. Celui-ci, clairement républicains se verra de plus en plus en opposition avec une chambre des députés à tendance fortement conservatrice et donc monarchique. Face à ce blocage, il se verra dans l’obligation de donner sa démission le 23 mai 1973,ignorant qu’un remplaçant lui est déjà prévu.
En effet Mac Mahon est élu le lendemain avec 390 voix. C’est lui qui établira les lois constitutionnelles de la troisième. Il démissionnera le 30 janvier 1879, refusant de se voir imposer ses ministres par les chambres.
Jules Grévy sera son successeur. Jules Grévy, est né le 15 août 1807 Mont-sous-Vaudrey (Jura), il fait ses études aucollège de l'Arc à Dole, il obtient une licence de droit à Paris et devient avocat. Il publie, en 1836, un recueil général de formules pour tous les actes judiciaires, Le Procédurier. Dans le message lu aux Chambres le 6 février, Jules Grévy expose sa conception de la fonction présidentielle, "soumis avec sincérité à la grande loi du régime parlementaire, je n'entrerai jamais en lutte conte lavolonté nationale exprimée par ses organes constitutionnels". Ainsi a-t-on parfois parlé de "constitution Grévy" pour qualifier cette interprétation restrictive des prérogatives présidentielles désormais en vigueur sous la IIIe République. En effet toute sa pensée politique est exprimée dans cette déclaration faite au sénat, une des deux chambres du régime parlementaire, quant à son rôle de chef del’état.
Le mandat de Grévy est capital dans le sens ou il sera positif aux républicains, il permettra d’interpréter et d’orienter les lois constitutionnelles de Mac Mahon, et ce dès les 21 juin 1879. On instaure dans les faits une république laïque, démocratique et parlementaire : les deux chambres réunis à Versailles choisiront les emblèmes de la République (Fete et Hymnes nationales). La seconderévision de 1884, toujours sous Grévy qui restera chef de l’état jusque 1887, aura pour trait principal de supprimer les prières publiques.
Il est donc légitime de se demander si la troisième République est passé d’un régime transitoire entre monarchie et régime parlementaire, puis d’un compromis entre régime parlementaire et régime d’assemblée ?
I Le régime parlementaire de la 3èmerépublique

Le régime parlementaire se défini comme étant un régime de séparation souple des pouvoirs qui admet une collaboration et des moyen de pression réciproque. Parmi ceux-là figurent la responsabilité politique de l’exécutif au moins du gouvernement et en contrepartie, le droit pour l’exécutif de dissoudre l’Assemblée représentant la nation.

A/ Les caractéristiques du régimeparlementaire

- Le droit de dissolution

Le droit de dissolution correspond à la décision par laquelle le pouvoir exécutif met fin, avant le terme normal, au pouvoir d'une assemblée délibérante élue, afin d'organiser de nouvelles élections.

Sous Mac Mahon :

Le doit de dissolution est intégré dans la loi fondamentale votée le 25 février 1875 (article 5) qui dispose que « Le président...
tracking img