Commentaire : dom juan, le dénouement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Dom Juan est une pièce écrite par Molière à la fin du XVIIe siècle. Il l’a écrite pour remplacer Tartuffe qui a été jugée une pièce trop provocatrice, et y reprend le mythe de Dom juan ainsi que les thèmes de l'hypocrisie et la religion.
L'acte V aborde principalement l'hypocrisie, mais c'est aussi l'acte du dénouement.
Les scènes 5 et 6 mettent en scène les derniers instants de Dom Juan.

IL’intervention du surnaturel

Le seul moment où le surnaturel apparaît dans la pièce après le premier signe de la statue
= contraste avec le reste de la pièce.

1) Le spectre

• Le spectre est envoyé par le ciel car on a le champ lexical religieux : « miséricorde, ciel, perte ». C’est une intervention divine.
• Il s’exprime sur un ton solennel, s’adresse indirectement à Dom juan, d’unemanière neutre, en utilisant la 3e personne : « si dom juan ne se repend » preuve de la distance par rapport à la situation, que cela vient du ciel
• Le rôle du spectre est de prévenir dom juan, de l’inciter une dernière fois au repentir, c’est un avertissement clair : « si dom juan ne se repend sa perte est résolue » on remarque un présent de vérité générale.
• Le spectre « en femme voilée »,Le spectre a donc l’apparence d’une femme, et dom juan dit qu’il reconnaît sa voix. Cela lui rappelle toutes les femmes que dom juan a trompées et qui vont être vengées par le ciel. Peut être justement que lui mettre le mal qu’il a fait sous les yeux aurait pu l’apitoyer.
• Dom juan choisit de ne pas se rependre, alors une didascalie dit que le « le spectre change de figure et représente letemps avec sa faux » dom juan a pris sa décision, ce nouveau visage représente ce qui attend Dom juan : la faux est le symbole de la mort.

2) La statue

• On trouve aussi le même champ lexical de la religion : « péché, grâces, ciel » signe que la statue est aussi animée par le ciel dans le but de punir dom juan. Et la statue donne un ordre à Dom Juan « arrêter » montre qu’elle a une autoritésur lui.
• La pierre dont est faite la statue contraste avec l’impression d’impalpable, d’immatériel que donne le spectre. La statue représente le lien entre le ciel et Dom juan, de plus dom juan meurt lorsqu’il entre en contact avec la statue.
• L’idée d’une statue de pierre renforce l’idée de fatalité et apporte de la froideur, c’est la froideur que possède que le bourreau.
• De plus, On trouveaussi celui de la fatalité avec la mort : « traîne, mort, foudre ». Cela renforce l’idée que la statue est chargée d’exécuter le châtiment de Dom Juan.

II Dom Juan personnage fidèle à lui-même : une fin tragique

1) Un rationaliste

• On trouve le champ lexical des sens « connaître cette voix, voir, éprouver, sens » et Dom Juan cherche un combat physique avec le spectre, ce qui montre queDom Juan a besoin de voir les choses pour les croire.
• De même, lorsque Dom Juan est à l’agonie, il n’exprime pas de la terreur, de la peur ni ne se repenti. Il parle seulement de sa souffrance physique, de ce qu’il ressent : « un feu invisible me brûle, je n’en puis plus »
• On voit dans l’acte III que Dom Juan est un personnage empiriste, rationaliste « il ne croit que 2 et 2 font quatre etquatre et quatre font huit »
Ce caractère est toujours valable à la fin de l’acte V, ce qui montre sa détermination.

2) Un homme déterminé

• Lorsque Dom juan demande « qui ose tenir ces paroles ? » il ne s’intéresse pas à ce qui est dit, il s’intéresse seulement à qui ose lui parler de la sorte, il refuse de se soumettre à une autorité qu’il ne reconnaît pas. C’est la preuve de sonorgueil.
• De plus Dom Juan est sûr de lui car il tient sa promesse avec la statue juste au bout « oui, où faut-il aller ? » et « la voilà ». Dom Juan s’engage personnellement, sans la moindre hésitation, preuve de sa détermination et de sa volonté.
• De même, on a le lexique de la détermination : « je veux » répété plusieurs fois, « rien n’est capable » « non, non, il ne sera pas dit », et des...