Commentaire dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1888 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Question
Dans les quatre textes du corpus nous pouvons reconnaitre différents registres d’expression comme le tragique, le lyrique et le pathétique, le registre polémique et le didactique.
Pour commencer, dans le texte du Cid de Corneille, nous est présenté Don Diègue qui dans ce passage exprime à son fils la douleur de la trahison qui lui a été faite. Ce texte fait appel à la sensibilitédu lecteur en lui faisant partager des émotions, car il est amené à avoir de l’affection pour le personnage principal. Sa détresse nous apparait dès le premier vers de son monologue avec les interjections “Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !“ qui résument les trois aspects de la situation. Déjà sa haine envers Don Gomès, expliquant son désir de vengeance. C’est dans ce but qu’il essaiede convaincre son fils, et lecteur avec la double énonciation, que l’honneur de son père est en péril et qu’il doit donc avec son venger son père. Pour convaincre il met en avant son désespoir ,avec le champs lexical de la douleur par exemple dans les lignes 9 et 11 avec “cruel souvenir de ma gloire passée“ “fatale a mon bonheur“, et son innocence en parlant de ses services rendus au roi, “tantde fois sauvé cet empire“ vers 242 ou “tant de fois affermi le trône de son roi“ vers 243, ainsi que sa vieillesse faisant de lui un homme faible et vulnérable “précipice élevé d’où tombe mon honneur“ dans cette phrase on peut voir le mal qui a été fait par Don Gomès au pauvre Don Diègue. L’ensemble fait de ce texte un texte de genre pathétique, où le héros souffre, affaiblit par une situationqui le dépasse, victime d’une injustice. Il suscite donc des émotions chez le lecteur car, il a de la compassion pour le héros et adhère à son idée de vengeance par le portrait dépréciatif qui est fait de Don Gomès.
Dans la scène première de l’acte II de Rodogune écrit par Corneille, le registre pouvant être rapproché au monologue de Cléopâtre est le registre tragique. La reine Cléopâtre estdominée par une force, le pouvoir et malgré qu’elle en soit consciente, comme le montrent les vers 423 et 424 “Vois jusqu’où m’emporta l’amour du diadème, Vois quel sang il m’en coûte“, elle ne peut pas résister à sa soif de pouvoir.
C’est donc une situation tragique ou le personnage est dominé par une force qui le dépasse et contre laquelle il ne peut lutter. Cette force la conduit à une hainedémesurée, que l’on remarque avec l’hyperbole “immortel courroux“ vers 397 et par le fait qu’elle s’adresse directement à elle du vers 407 au vers 419 “Et vous“ “voici notre jour“ “Montrons-nous toutes deux“… Ce dédoublement entre la haine et Cléopâtre montre que la reine est perdu, à la limite de la folie ce qu’on peut voir aussi par les répétitions vers 415.
Elle masque cette haine, “sermentfallacieux“ elle ment, mais selon elle pour de juste raisons. « Vains fantômes d’états“ signifie que elle ruse pour les intérêts du royaume mais, cella est juste un prétexte derrière lequel elle se cache, elle se ment à elle-même. Son but lui parait donc légitime, elle le valorise avec un vocabulaire mélioratif “illustres“ “haut rang“ “gloire“ “éclatant“, et elle est prête à sacrifier son propre filspour garder son trône. Là est le choix impossible à faire mais, la haine gagne, ce qui fait que ce monologue est au registre tragique. La tragédie a souvent recours au vers en alexandrins et nous retrouvons bien cette caractéristique dans le monologue.

Le texte de l’acte I scène 2 de Dom Juan de Molière, prononcé par Dom Juan, est dominé par le registre Lyrique. Il expose dans une tirade savision de la relation amoureuse, marqué par l’utilisation de la 1ere personne du singulier. L’amour est donc le thème principal avec son champ lexical de l’affectivité (“passion“, “cœurs“, “charmer“, “beauté“, “l’amour“, “aimable“, “inclinations naissantes“, “douceur“, “désirs“, “conquêtes amoureuses“). Il exprime son sentiment face à la relation amoureuse, “Pour moi“ à la ligne 19, dans le but...
tracking img