Commentaire don juan moliere scene 5 et 6 acte v

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1870 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction: Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière ,est un dramaturge et acteur du théâtre français du 17ème siècle. Cet auteur parfois impitoyable envers les faux savants, les mensonges des médecins ignorants, la prétention des bourgeois enrichis. Veut aider la jeunesse qu'il aime à se libérer des contraintes absurdes selon lui de la société dans laquelle il vit. Cette critique de la société, etde la façon de vivre de certaines personnes, se fait ressentir dans l'œuvre ici présente intitulée: Don Juan ou le Festin de pierre. Cette comédie en V actes, écrite en prose, est jouée pour la première fois en 1665 au Théâtre du Palais Royal, par Molière et sa troupe de comédiens. Molière relate à travers cette pièce la vie d'un personnage infidèle, séducteur, libertin et blasphémateur qui senomme Don Juan, jeune noble vivant en Sicile avec son brave et loyal valet Sganarelle. Au moment de cet extrait, nous sommes à la scène 2 de l'acte V, Don Juan vient de recevoir la visite de la statue du commandeur qui l'a invité à dîner. Dans la scène précédente, il a fait croire à son père D. Louis, qu'il s'est converti au droit chemin grâce à la bonté divine condamnant ainsi les folies et la viedissolue qu'il menait avant mais ce n'était que tromperie comme le découvre Sganarelle au début de la scène. Montrant un visage encore inconnu: celui de l'hypocrisie. Cette tirade permet en même temps à Don Juan de montrer sa simplicité à manipuler parfaitement bien l'art de la rhétorique ou autrement dit « un bon parleur », tout en mettant en évidence ses valeurs fondées sur l'hypocrisie. Parconséquent , comment Molière dans la scène 2 de l'acte V, transforme la manipulation et l'hypocrisie de son personnage en sujet polémique et par conséquent en critique sociale. Au début de la scène, après le départ du vieillard, Sganarelle qui se réjouit de l'attitude de son maître, pense qu'il est devenu un homme bien, un bon croyant et par conséquent que sa vie de libertin fait parti désormais dupassé: « Ah! Monsieur, que j'ai de joie de vous voir converti »l.1. Mais tout de suite, Don Juan fait comprendre que cela n'était que mensonge: « l.6, 10 et 11 » Dans la première longue tirade de Don Juan ( l.14), celui-ci explique qu'il a tout simplement menti pour « ménager son père »et se « mettre à couvert », un moyen de cacher sa véritable personnalité. Celle-ci se dévoile au fur et à mesure, àtravers son argumentation, D.J dévoile son ressenti envers la religion et l'hypocrisie. On remarque immédiatement, l'athée endurci qui est en lui, certes il n'explique pas le fait que la statue puisse parler, qui relève du fantastique ( l.14 à 15). Mais ce phénomène ne fait trembler en rien les convictions de D.J. Pour lui , la statue n'a rien de divin, n'a aucune connotation religieuse: « celan'est pas capable ni de convaincre mon esprit, ni d'ébranler mon âme » l.15-16. Pour appuyer son argumentation, il emploie un ton sûre et efficace, avec l'emploi du pronom indéfini « on »l.31-32 et « ils »l.42, un moyen de montrer à Sganarelle qu'il n'est pas le seul à utiliser le vice de l'hypocrisie, d'autres le soutiennent en quelque sorte. Les métaphores, ainsi que les personnifications et lesévocations concrètes comme « ferme la bouche », « un bouclier du manteau de la religion »l.45 ainsi que les « Ö » renforcent l'efficacité de la parole, en voulant convaincre Sganarelle, par la même occasion il veut convaincre le spectateur de la justesse de ses idées ainsi que de son attitude. L'emploi de connecteurs logiques permettent de renforcer la démonstration de D.J et de structurer latirade: « ainsi qu'il », « si », mais l'emploi du présent de vérité général fait de même: « Il n'y a », « passent », « est ». Son discours se renforce , il est sûre de ce qu'il dit et veut convaincre son auditoire , et ceci se retrouve dans la question rhétorique: L.43 à 47, il y répond tout en la posant, ce qui prouve la confiance qu'il a dans ses propos. La référence implicite à la cabale des...
tracking img