Commentaire du "bon sens" de d'holbach réalisé par un élève de khâgnes à louis-le-grand

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1509 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Au XVIII° siècle, les musulmans se sont emparés de Constantinople, la ville sainte et la transforme en Byzance. Cette puissance des empires Perse et Ottoman fascine la France, donnant naissance au courant orientaliste dans tous les domaines artistiques. Galland introduit la mode en traduisant en 1711 « Les mille et une nuits » bien vite reprise par les philosophes des Lumières pour faire passerleurs idées comme Voltaire dans « Zadig » par exemple. D’Holbach, un des rédacteurs de l’Encyclopédie de d’Alembert et de Diderot semble se situer pleinement dans ce mouvement d’orientalisme philosophique lorsqu’il écrit en 1772 son « Bon sens ou Idées Naturelles opposées aux idées surnaturelles ». Nous allons donc tenter de démontrer que le récit est un « apologue oriental » en montrant que c’estun conte oriental dans la plus pure tradition du XIII° siècle puis en constatant les visées didactiques du récit.


En premier lieu on remarque que le texte se présente sous la forme d’un conte, c’est à dire un récit de tradition orale. En effet celui-ci commence avec une formule introductive: “A quelque distance de Bagdad”, que l’on peut rapprocher du célèbre “Il était une fois”. L’auteuremploie dès la seconde ligne les temps caractéristiques du récit comme l’imparfait avec “passait” (l.2), “s’empressaient” (l.3), “comblait” (l.5). Cet usage des temps nous amène à constater la présence d’un schéma narratif précis. En effet la situation initiale est présentée de la ligne 1 à la ligne 10. L’élément perturbateur est « le vœu d’entreprendre pour la septième fois le pèlerinage de laMecque » à la ligne 10. L’auteur passe alors aux péripéties et utilise alors le présent de narration : « reçoit » (L15), « il se voit » (L17), « rencontre » (L21). On peut situer l’élément de résolution à la ligne 34, lorsque la vision du monde de l’ermite est contrecarrée par « un spectacle hideux ». Le conte se termine, par un bref retour au temps du passé, à la ligne 41, ce que l’on peutinterpréter comme la situation finale et qui contient donc la morale de l’histoire. Ensuite, le récit se construit aussi sur un schéma actantiel précis, le sujet étant évidemment, le dervis, il est aussi le destinataire et le destinateur de l’histoire. Le but de sa quête est de montrer sa « reconnaissance » (L10) à Allah et à sa providence. Le principal opposant est le loup qui remet en cause soninterprétation naïve du monde. Les adjuvants sont les fidèles et leurs offrandes mais aussi les bienfaits de Allah sur terre, c’est à dire la « contrée riante », les « coteaux fleuris » (L29). Enfin, ce récit est un conte qui semble s’inscrire dans la tradition orale du genre avec des procédés tels que l’emploi de la première personne du pluriel à la ligne 10 avec « notre ermite fit… » et à la la ligne 27avec « notre saint… » ; que la présence du style direct, comme à la ligne 25, « Oh Allah… », qui rend le récit dynamique ; et enfin, tel que les formes anaphoriques, qui prennent une valeur de ritournelle. Ce procédé rappelle le conte Barbe Bleue, dans lequel l’héroïne demande indéfiniment « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? ».

Le récit d’Holbach est, dans un second lieu, caractérisépar son exotisme et sa fantaisie. On y côtoie en effet, un panel de références précises à la civilisation orientale islamique. Par exemple, le saint homme est un « dervis » (L1), il traverse un conflit en Turcs et Persans (L12) dans le but de faire « son septième pèlerinage à La Mecque ». Il n’est pas surprenant à cette époque de retrouver des références au monde oriental. D’ailleurs durant lapériode des Lumières d’autres philosophes comme Montesquieu expriment cette tendance à mettre en scène leur écrits dans un monde exotique, notamment dans les « Lettres persanes ». De plus, les personnages évoluent dans un décor où domine le champ lexical de l’oasis avec « les palmiers » (L18), « dattes (L22), « gazon vert » (L25) et « soleil brûlant » (L17). Cependant, ce décor merveilleux peut...
tracking img