Commentaire du debut du chapitre 5 de therese raquin d'emile zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4604 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1

COMMENTAIRE DU DÉBUT DU CHAPITRE 5 DE THÉRÈSE RAQUIN (1867) D’ÉMILE ZOLA : LA RENCONTRE ENTRE LAURENT ET THÉRÈSE

TEXTE Un jeudi, en revenant de son bureau, Camille amena avec lui un grand gaillard, carré des épaules, qu’il poussa dans la boutique d’un geste familier. – Mère, demanda-t-il à Mme Raquin en le lui montrant, reconnais-tu ce monsieur-là ? La vieille mercière regarda le grandgaillard, chercha dans ses souvenirs et ne trouva rien. Thérèse suivait cette scène d’un air placide. – Comment ! reprit Camille, tu ne reconnais pas Laurent, le petit Laurent, le fils du père Laurent qui a de si beaux champs de blé du côté de Jeufosse1 ?… Tu ne te rappelles pas ?… J’allais à l’école avec lui ; il venait me chercher le matin, en sortant de chez son oncle qui était notre voisin, ettu lui donnais des tartines de confiture. Madame Raquin se souvint brusquement du petit Laurent, qu’elle trouva singulièrement grandi. Il y avait bien vingt ans qu’elle ne l’avait vu. Elle voulut lui faire oublier son accueil étonné par un flot de souvenirs, par des cajoleries toutes maternelles. Laurent s’était assis, il souriait paisiblement, il répondait d’une voix claire, il promenait autour delui des regards calmes et aisés. – Figurez-vous, dit Camille, que ce farceur-là est employé à la gare du chemin de fer d’Orléans depuis dix-huit mois, et que nous ne nous sommes rencontrés et reconnus que ce soir. C’est si vaste, si important, cette administration ! » Le jeune homme fit cette remarque, en agrandissant les yeux, en pinçant les lèvres, tout fier d’être l’humble rouage d’une grossemachine. Il continua en secouant la tête : – Oh ! mais, lui, il se porte bien, il a étudié, il gagne déjà quinze cents francs… Son père l’a mis au collège ; il a fait son droit et a appris la peinture. N’est-ce pas, Laurent ?… Tu vas dîner avec nous. – Je veux bien », répondit carrément Laurent. Il se débarrassa de son chapeau et s’installa dans la boutique. Madame Raquin courut à ses casseroles.Thérèse, qui n’avait pas encore prononcé une parole, regardait le nouveau venu. Elle n’avait jamais vu un homme. Laurent, grand, fort, le visage frais, l’étonnait. Elle contemplait avec une sorte d’admiration son front bas, planté d’une rude chevelure noire, ses joues pleines, ses lèvres rouges, sa face régulière, d’une beauté sanguine. Elle arrêta un instant ses regards sur son cou ; ce cou étaitlarge et court, gras et puissant. Puis elle s’oublia à considérer les grosses mains qu’il tenait étalées sur ses genoux ; les doigts en étaient carrés ; le poing fermé devait être énorme et aurait pu assommer un bœuf. Laurent était un vrai fils de paysan, d’allure un peu lourde, le dos bombé, les mouvements lents et précis, l’air tranquille et entêté. On sentait sous ses vêtements des musclesronds et développés, tout un corps d’une chair épaisse et ferme. Et Thérèse l’examinait avec curiosité, allant de

5

10

15

20

25

30

35

40

45

2

50

55

60

ses poings à sa face, éprouvant de petits frissons lorsque ses yeux rencontraient son cou de taureau. Camille étala ses volumes de Buffon et ses livraisons à dix centimes2, pour montrer à son ami qu’iltravaillait, lui aussi. Puis, comme répondant à une question qu’il s’adressait depuis quelques instants : – Mais, dit-il à Laurent, tu dois connaître ma femme ? Tu ne te rappelles pas cette petite cousine qui jouait avec nous, à Vernon ? – J’ai parfaitement reconnu madame », répondit Laurent en regardant Thérèse en face. Sous ce regard droit, qui semblait pénétrer en elle, la jeune femme éprouva unesorte de malaise. Elle eut un sourire forcé, et échangea quelques mots avec Laurent et son mari ; puis elle se hâta d’aller rejoindre sa tante. Elle souffrait.

1. Jeufosse : commune située aux confins de l’Eure et des Yvelines 2. ses livraisons à dix centimes : les ouvrages d’une grande ampleur étaient divisés en petits fascicules commercialisés à bas prix COMMENTAIRE Problématique de lecture :...
tracking img