Commentaire duras

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1547 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique 4- Séquence 2 : « La Bague »

En 1950, Marguerite Duras écrit un Barrage contre le Pacifique, un roman autobiographique dans lequel elle adapte certains fragments de sa vie en un récit fictionnel. S’inscrivant dans le courant du Nouveau Roman, cette œuvre connait un franc succès et représente la première œuvre majeure de M. Duras. Le texte dont nous devons rendre compteici, est extrait de ce roman. Il s’agit du moment où Suzanne, une jeune fille, révèle à la mère que Monsieur Jo, l’homme qui la convoite, que ce dernier lui a donné un diamant d’une grande valeur, la laissant ainsi croire qu’ils ont entretenu une relation sexuelle. S’en suit, une violente réaction de la mère dont il est question dans ce texte. Ainsi, à travers le récit de cet évènement, l’auteurélabore le portrait d’un personnage « mythique » de son roman, la mère. D’ailleurs, l’extrait constitue un moment charnière de l’intrigue dans lequel la bague, objet « clé » du texte, devient un objet obsessionnel et catalyseur ; il met également en relief le portrait de la mère, un personnage ambivalent ainsi que les relations au sein du triangle familial.

Au fil de l’extrait, la bagueprend de plus en plus d’importance et passe de l’objet de toutes les convoitises à une réelle obsession. L’évènement semble donc être capital pour la famille comme en témoigne « C’était la première fois de sa vie » où l’utilisation de la forme emphatique marque d’autant plus l’aspect insolite de cette bague. De plus, l’auteur insiste sur cette facette de l’évènement notamment avec la citation « de savie » qui illustre bien la pauvreté de la famille. D’ailleurs, l’anaphore de la valeur de la bague « vingt mille francs » tout au long du texte, dénote bien l’importance qu’aura cette bague dans leur vie future et la manière dont cette somme d’argent « arrive d’un seul coup ». Par ailleurs, cette sensation de pauvreté est d’autant plus renforcé par l’abondant champ lexical de l’argent qui sedégage de l’extrait à travers notamment la répétition de « banque », de la valeur de celle-ci « vingt mille francs », de « l’hypothèque » ou encore de la « bague ». D’ailleurs la manière dont évoquée cette dernière montre bien l’obsession qui en émane notamment pour la mère, cet étrange personnage. Il ne suffit que de voir la manière dont l’auteur l’évoque avec notamment le terme « la chose » ou encoretout l’injonction que fait la mère à Suzanne « Donne la moi », la bague est bel et bien importante, d’une importance telle qu’elle met la mère dans un état second, elle devient « saoule ». Néanmoins, cette obsession est surtout une manière d’exprimer un sentiment d’injustice, enfouie.
L’auteur met un clair contraste entre la bague et son importante valeur, reprise maintes fois dans l’extrait etle terme « chose » vient mettre en branle cet aspect quelque peu mystique de l’objet, qui est au centre des préoccupations familiales. L’auteur veut ainsi vulgariser cette bague, qui si petite, peut valoir si chère. D’ailleurs, fidèle à son style très singulier, Duras dénonce quelque peu la fascination quant à la bague à travers la répétition de l’adverbe « rien » dans deux citations ; « Il n’y arien de plus dégoutant qu’un bijou » et « ça sert à rien, à rien ». Ainsi, le bijou à est à l’origine d’une obsession qui révèle les envies les plus enfouies de la mère, la misère des personnages ainsi que le contraste entre la vie miséreuse que mène le cocon familial et la valeur de ce petit objet qu’est la bague. Ainsi, Marguerite Duras fait de la bague un « fantasme compensatoire », il s’agiten quelque sorte d’une revanche contre les riches que la mère jalouse intimement. De plus, la bague constitue pour tout la famille un espoir d’une vie meilleure, de rembourser les dettes. Cependant, les manières contradictoires dont la bague est décrite, tour à tour objet « sacré » puis « une simple chose » démontre clairement l’ambivalence du personnage de la mère qui en devient quelque peu...
tracking img