Commentaire epictete, entretiens

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1701 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dégagez l'intérêt philosophique du texte suivant en procédant à son étude ordonnée.



Voici le point de départ de la philosophie : la conscience du conflit qui met aux prises
les hommes entre eux, la recherche de l'origine de ce conflit, la condamnation de la
simple opinion et la défiance à son égard, une sorte de critique de l'opinion pour
déterminer si on a raisonde la tenir, l'invention d'une norme, de même que nous
avons inventé la balance pour la détermination du poids, ou le cordeau pour distinguer
ce qui est droit et ce qui est tordu.

Est-ce là le point de départ de la philosophie ? Est juste tout ce qui paraît tel à chacun.
Et comment est-il possible que les opinions qui se contredisent soient justes ? Par
conséquent, nonpas toutes. Mais celles qui nous paraissent à nous justes ? Pourquoi
à nous plutôt qu'aux Syriens, plutôt qu'aux Égyptiens ? Plutôt que celles qui
paraissent telles à moi ou à un tel ? Pas plus les unes que les autres. Donc l'opinion
de chacun n'est pas suffisante pour déterminer la vérité.
Nous ne nous contentons pas non plus quand il s'agit de poids ou de mesures de lasimple apparence, mais nous avons inventé une norme pour ces différents cas. Et dans
le cas présent, n'y a-t-il donc aucune norme supérieure à l'opinion ? Et comment est-il
possible qu'il n'y ait aucun moyen de déterminer et de découvrir ce qu'il y a pour les
hommes de plus nécessaire ?

Il y a donc une norme.

Alors, pourquoi ne pas la chercher et ne pas la trouver, etaprès l'avoir trouvée,
pourquoi ne pas nous en servir par la suite rigoureusement, sans nous en écarter d'un
pouce ?

Epictète, Entretiens





Epictète fut formé par le stoïcien Musonius Rufus, et, adhérant à la pensée stoïcienne, pensait que le monde était assujetti à un ordre immuable, et que chaque chose avait une raison d’être parfois difficile à cerner, parfoisdifficile à accepter, mais bien réel. La volonté des hommes de lutter contre cet ordre pour leur bonheur personnel ou leur aveuglement les conduit à se forger des opinions hautement subjectives et souvent éloignées du principe réel des choses sur lesquelles elles portaient. Il est donc nécessaire de concevoir une norme permettant de séparer le bon grain de l’ivraie, de déterminer la raison ou laréalité de chaque chose.

Dans les Entretiens, Epictète (ou plutôt son disciple Arrien, qui a posé par écrit les leçons de son maître) traite notamment du besoin de définir cette norme. Il montre le caractère irrecevable des opinions et ainsi, développe encore la notion de vérité, constitutive de la philosophie.

Dans un premier temps, nous analyserons la démarche intellectuelle et argumentatived’Epictète, avant d’étudier l’intérêt philosophique de ce texte.



Dans le texte étudié, Epictète traite de l’insuffisance des opinions pour parvenir à la vérité tant recherchée. Leur subjectivité, le fait qu’elles ne puissent être tenues pour acceptables que dans certaines situations suffisent à les considérer comme un obstacle à la vision philosophique du monde, une vision qui se doit d’êtreuniverselle et acceptée par tous. Une opinion ne pouvant pas être partagée par tous se heurte à d’autres opinions et des conflits que l’on pourrait éviter éclatent.

Il se demande donc s’il existe une voie, celle de l’opinion étant un cul-de-sac, pour enfin pouvoir accorder les diverses opinions. Epictète en vient ainsi à évoquer une norme, notion typiquement stoïcienne, qui permet de vérifier laréalité d’une assertion et le bien-fondé d’une opinion.

Pour lui, l’opinion est insuffisante pour déterminer ce qui est vrai, et il est absolument nécessaire de trouver la norme qui régit la pensée et le jugement et montre qu’il correspond bien à la réalité telle qu’elle est et non telle qu’elle est perçue.

Pour convaincre son auditoire, Epictète dénonce les méfaits de l’opinion et...
tracking img