Commentaire excipit le chercheur d'or

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (736 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dernier texte Le Clezio

I) Une Fin ambiguë
1)Un dépouillement progressif, 2) une écriture cyclique, 3) un mythe personnel et collectif
II) Le Chercheur d’or : Un engagementIntro : L’œuvre de Le Clezio constitue par son inclassabilité même un marquage dans la pratique scripturaire française actuelle. C’est un marquage culturel car l’enjeu textuel qui s’y inscrit est unenjeu esthétique et par conséquent idéologique. Dans ses écrits, J.M.G Le Clezio se porte avant tout sur l’enfance et l’adolescence, période fondatrice de la vie où se forge cette mémoire qui nourritensuite toute l’existence. Dans son roman Le Chercheur d’or, il met en texte les transformations subies par son narrateur-personnage au fur et à mesure que l’histoire progresse. Ce passage se situe à lafin et nous présente Alexis de retour à Mananava et on pourrait se demander quelle est l’importance de ce retour et quelles transformations dans sa vision du monde le héros a-t-il subies tout au longde sa quête. Pour y répondre nous verrons comment Le Clezio met en scène une fin ambiguë pour ensuite mettre en valeur le vrai objet de la quête.

Ce dernier passage se compose de 2 partiesdistinctes, marquées par les temps verbaux : 1ère partie au pst où Alexis se retrouve seul à l’endroit même où il a vu le cyclone venir 30 ans auparavant. C’est la nostalgie et le regret avec l’évocation dudomaine, de mam, de laure et l’anaphore « je voudrai parler »(3 fois) montre clairement cette solitude qui lui pèse. C’est le temps du rêve éveillé qui ressuscite le timonier, Bradmer et qui faitrevivre l’amour perdu avec Ouma et la passage s’achève à nouveau sur un futur « jusqu’où irons nous ensemble ? » Ce futur est celui de l’utopie, d’un monde sans homme, d’un monde protégé : »de l’autrecoté du monde, dans un lieu où l’on ne craint plus les signes du ciel et même la guerre des hommes » mais l’ultime phrase du passage renvoie à la première du roman et cela appartient encore au monde...
tracking img